Au nom du Pape...

jeudi 20 octobre 2011 par Arimi Choubadé

Si cela pouvait changer Cotonou. Ceux qui cherchaient un sens à la troisième visite d’un Pape en terre béninoise peuvent désormais se référer au leitmotiv du conseil municipal de la ville portuaire à cet effet : faire le ménage dans les rues. Un grand coup de pied dans le gigantesque bazar où automobilistes, motocyclistes et piétons disputent les chaussés aux vendeurs de babioles et autres tenanciers d’échoppes installées en pleine rue. L’annonce de la venue de l’illustre hôte laisse « enfin » le champ libre à la croisade contre la pollution esthétique sous toutes ses formes. Bulldozers et autres engins lourds à l’assaut de la laideur des baraques sauvages, des kiosques téléphoniques improvisés et des squatters de tout acabit. Pour une fois, pressions, chantages affectifs, risques d’impopularité ou proximité d’élections municipales n’auraient produit aucun effet. Les infrastructures ainsi libérées de l’encombrement peuvent enfin jouer leur véritable rôle et redonner à la ville un décor moins dégradant.

Beaucoup de Béninois se demandaient ce que la venue du souverain pontife allait apporter au pays. Joseph Ratzinger n’est pas Carol Wotzyla. Le dernier, polonais d’origine, ayant vécu l’époque du rideau de fer à l’Est Européen est un activiste bien trempé, très sensibilisé aux questions de droits de l’homme et de démocratisation. Autant sa première visite au Bénin, sous la révolution marxiste, correspondait à sa logique de bravade du totalitarisme caractérisé par les régimes à partis uniques, sans presse libre, sans liberté syndicale, sans opposition et avec des idéologies basées sur l’athéisme et la répression aveugle. Conformément à sa célèbre stratégie consistant à dire aux peuples opprimés « n’ayez pas peur ». Il était revenu en terre béninois après la chute des révolutionnaires en guise de célébration de la démocratie retrouvée. Occasion pour Jean Paul II de renouer avec les fondamentaux de son pontificat à savoir le dialogue interreligieux à l’origine de ses entrevues historiques avec les dignitaires musulmans à Parakou mais surtout avec les prêtres vaudous à Cotonou.

On craignait que le séjour de Benoit XVI ne puisse refléter la même flamboyance et le même panache que les virées mémorables de son prédécesseur. Étant attendu à Cotonou comme le Pape rigoriste, conservateur, venant conforter son opinion tranchée à propos de son rejet farouche de l’usage des préservatifs, de l’avortement, du mariage des homosexuels, de l’ordonnancement des femmes. Cela se susurrait déjà que le choix de Cotonou serait guidé par le seul désir de se recueillir sur la tombe de l’ami, Monseigneur Bernardin Gantin, décédé il y a trois ans et dont il n’avait pas pu assister aux obsèques. Et puis, la visite papale de novembre 2011 n’est pas spécifiquement consacrée au Bénin puisqu’il est question de délivrance d’un message à l’endroit de tous les pays africains. Heureusement que la croisade contre la mal propreté de la ville de Cotonou vient apporter un regain d’intérêt à l’événement.

Cela valait bien une visite du Pape, pourrait-on dire. En effet, les projets de déguerpissement couraient les tiroirs depuis des lustres. Contrairement à la croyance répandue, le conseil municipal de Cotonou n’était pas forcément le plus réfractaire aux assauts contre les nids d’insalubrité et d’encombrement de la ville. Pour dégager un quartier, le maire a besoin de se faire aider de la force publique sous ordre du l’exécutif national. On ne compte plus le nombre de fois où la municipalité a dû ajourner des opérations de nettoyage du quartier mal famé de Zongo, sanctuaire de l’insalubrité par excellence au cœur de la cité portuaire. Certains pêcheurs en eaux troubles n’ont éprouvé aucune difficulté à démontrer qu’un assaut contre cet endroit majoritairement peuplé de ressortissants du nord pourrait affecter négativement l’électorat du chef de l’Etat. De quoi déclencher l’hostilité de la Marina.

A moins que cela ne soit au nom de Benoit XVI…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1007-au-nom-du-pape.html