Au-delà de la passion du Pape…

lundi 21 novembre 2011 par Arimi Choubadé

Impossible de faire croire qu’il n’y a rien de divin dans la silhouette de ce frêle vieillard qui a débarqué à l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de Cotonou le 17 novembre 2011. Une étudiante en droit, en première ligne, sur presque tous les trajets du cortège papal à travers la ville de Cotonou affirmait à qui veut l’entendre que les pieds de Benoit XVI ne touchaient pas le sol lors de ses déplacements mais plutôt un mystérieux tapis roulant virtuel, invisible aux communs des mortels. De milliers d’autres semblent convaincus de pouvoir être admis aux côtés du père céleste pour avoir connu une proximité physique supposée ou réelle avec le représentant de Dieu sur terre (selon eux). Une proximité mis en relief du fait qu’il aurait été très proche d’un des leurs, parti du pays Agonlin, feu Cardinal Gantin (encore lui). Les nouvelles technologies aidant, Joseph Ratzinger a pu combler son léger déficit de charisme par rapport à son prédécesseur (le pape révolutionnaire venu de l’Est, rendu célèbre également pas ses baisers passionnés sur les terres d’accueil à ses descentes d’avion). Tout le battage médiatique exceptionnel sur les télévisions, les radios, internet, etc… La « passion du Pape » a eu l’avantage d’avoir commencé très tôt c’est-à-dire près d’un an avant la visite proprement dite. Sans oublier la très large débonnaireté du trésor public béninois visiblement insensible à la crise lorsqu’il s’est agit d’honorer un des hommes les plus puissants du monde. Tout est grâce comme dirait l’autre. Rien de comparable aux esbroufes des indignés espagnols remontés contre le faste autour du Pape lors des journées mondiales de la jeunesse (Jmj) 2011 ; encore moins avec la révolte d’une partie de classe politique irlandaise au sujet des scandales liés aux prêtres pédophiles toujours à l’occasion d’une visite papale à Dublin. Au pays du vaudou, ce fut la passion du Pape à l’état pur !

Cela ne n’est pas arrêtée à l’événementiel, la papamobile, les pèlerins venus des quatre coins de l’Afrique et du monde, les scènes d’hystérie à la vue de sa sainteté ou les décibels pathétiques des choristes. Plusieurs mois durant tout le pays a été tenu en haleine autour des efforts d’embellissement de Cotonou et de plusieurs villes voisines. Le spectacle et l’émoi provoqués par les images des hangars de fortune réduits en gravats par des engins lourds sous la supervision des agents municipaux ont participé à entretenir la fièvre papale. Jamais personne n’a vu des déguerpissements de squatters de l’ampleur de ceux en prélude à la visite de Benoit XVI dans les villes concernées (Cotonou, Calavi, Ouidah, Sèmè-Kpodji) depuis l’avènement de la décentralisation en 2002. Le tout sur fond d’une précampagne en vue des prochaines municipales et communales de 2013. Un volet politique qui a connu son apothéose avec la profession de foi du chef de l’Etat, Yayi Boni réaffirmant sa ferme volonté de quitter le pouvoir au terme de son deuxième mandat en 2016. Promesse faite au saint père.

De sorte que le véritable message papal, l’Exortation apostolique le post-synodale est passé au second degré du moins aux yeux de la grande majorité des Béninois. Le thème lui-même, référencé sur la paix, la réconciliation et le pardon parait bien abstrait dans un pays où la paix n’a jamais véritablement manqué mis à part quelques soubresauts passagers. Un pays qui garde une conception bien particulière du pardon se résumant à des amnisties aux bourreaux, l’abandon, l’oubli et la résignation pour les victimes et leurs proches. Le pied de nez des « opposants » et leur absence remarquée aux différentes manifestations entrant dans le cadre de la célébration de la passion du Pape au Bénin vient rappeler que la « réconciliation » ne semble pas tellement à l’ordre du jour, par les temps qui courent. De quoi se demander si cette venue du saint père au Bénin est-elle rentrée dans la rubrique des « arrêts sur image » ou amorce-t-elle une nouvelle perspective face aux difficultés quotidiennes du pays ?

Et après la passion du Pape ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1020-au-dela-de-la-passion-du-pape.html