Attention à un nouveau Wade !!!

vendredi 6 avril 2012 par Arimi Choubadé

Quelqu’un pour nous expliquer ce qui est célébré au Sénégal depuis le second tour de la présidentielle 2012 et le fameux coup de fil de félicitation de Wade à son challenger. Sans être un rabat-joie, on pourrait au moins s’interroger sur les motifs d’exultation des célébrants. De ce supposé « exemple de démocratie » vanté, proclamé, scandé à tous les discours. Comme si voter dans la paix, la transparence, la sérénité au Sénégal relevait d’un miracle. Wade est parti, Macky est venu ; l’alternance est là ; la démocratie est sauve. Oublié les 12 ans de Wade ; les quelques-uns qui osent en parler encore doivent le faire en catimini. Depuis le soir du 25 mars 2012, on ne peut plus faire du politiquement correct sur la terre de la Téranga en évitant l’angélus sur l’exemplarité du modèle.

Scénario étrangement ressemblant à l’excitation généralisée à l’avènement du « sopi » en 2000. Un concert de louange qui a automatiquement jeter aux oubliettes le fait qu’un seul et même parti, le Parti socialiste venait de faire 40 ans sans discontinuer aux manettes. N’eut été la gigantesque mobilisation et surtout certaines défections décisives (Moustapha Niass, Djibo Kâ) le parti unique de fait n’aurait pas implosé de l’intérieur de la sorte. Toutes les rancœurs contenues depuis lors sont remontées à la surface et Diouf a dû partir. D’où son coup de fil de félicitation au vainqueur au lendemain du second tour à valeur d’amnistie tacite vis-à-vis des égarements du passé. 12 ans plus tard, Wade a fait mieux, son coup de fil de contrition est intervenu trois heures seulement après la fermeture des bureaux de vote.

On pourrait se demander comment Wade de 2000 est devenu celui de 2012. L’espoir d’hier transformé en un accroc de pouvoir dont la troisième candidature a dû couter la vie à plus d’une douzaine de ses concitoyens. Comment éviter que le Macky de 2012 ne devienne au bout de 7 ans, 10 ans, 12 voire 14 ans un autre monstre politique capable de causer autant, sinon plus, de souffrance à son peuple ? Avis aux trompettistes qui se relaient à Dakar, akar, encenseurs attitrés du nouveau venu. Exactement comme cela a été fait avec son prédécesseur. Les griots ont tant chanté que le Sénégal était redevenu un label démocratique. Juste parce qu’un nouveau président s’est installé à Dakar. À un moment donné on a volontairement confondu Wade lui-même à la démocratie puisque la seule chose qui avait changé en 2000, c’était le locataire du palais présidentiel. Ce qui revient à dire que l’individu Wade incarnait, à lui seul, la démocratie. Il pouvait alors se permettre de faire du pays ce qu’il veut, étant lui-même le modèle idolâtré.

En 2012, on veut faire croire à Macky, à son tour que le système n’est pas si pourri que cela et que son avènement au pouvoir est la panacée suffisante pour régénérer la vertu. Rhétorique lénifiante comparable à celle qui a donné naissance au président omniprésent, omniscient, omnipotent à la base des événements du genre de ceux du 23 juin 2011. J’ai la prétention de croire que le Sénégal n’a pas qu’un problème d’alternance au pouvoir. Les présidentielles de 2012 ont donné l’occasion de voir le règne de leaders puissants, insolemment riches pendant que la majorité des citoyens croupi dans la misère noire. Les partis politiques ont été complètement débordés y compris le parti au pouvoir. La démocratie-sans-parti, cette maladie presque congénitale à toute l’espace de l’« Afrique de la France » : mépris des partis au profit de l’émergence des individus. Les individus au firmament ; des institutions en déclin. Même si les deux tours se sont déroulés sans heurts, même si Wade a reconnu sa défaite, même si l’alternance est survenue, le modèle est chancelant.

Macky 2012 peut aussi devenir un autre Macky d’ici quelques années…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1063-attention-a-un-nouveau-wade.html

Messages

  • Analyse objective. Toutefois de Wade l’opinion Sénégalaise et ouest africaine a une telle indigestion que, mieux ou pire que Wade serait plutôt envisageable, mais pas Wade renouvelé : dedete ; et ce, malgré les similitudes effectives de circonstances. Ce qu’on observe c’est le râle habituel qui marque la fin des longs combats et loue les grandes victoires ; c’est le sacre de chacun et le souffle de la vie ; et, c’est justement l’état de grâce de Macky Sall, à lui de le savoir pour ne pas s’y méprendre. Personnellement j’y crois car il faut aussi du risque, même si je n’exclus pas votre vigilance et votre perspicacité ! Courage à vous émérite journaliste et bravo à votre plume sentinelle.

  • Chan-Chan !O presente que te dei rndeeu bons frutos ! Ta ficando boa nisso ! Quando poderei ver o primeiro volume do manga de Tamashii ?! Continue aprimorando o seu dom. N o hesite em buscar aprimoramento.Kissu