Dialogue républicain sans médiateur de la République !!!

mercredi 6 juin 2012 par Arimi Choubadé

Enfin quelque chose qui ressemble à un dialogue politique. Vainqueur et vaincu en conclave à la présidence de la République. En guise de légitimation des K.O. électoraux proclamés par Robert Dossou à l’issue des scrutins de 2011. Mais quelques semaines avant, c’était l’Union fait la Nation qui fut admise au palais de la Marina pour le même exercice. Les supporteurs du régime sont bouclé le premier round de ce tour d’honneur. Un réchauffement au sein de la classe politique presque venu de nulle part, subit, surprenant porteur pour le bas peuple de plus d’interrogation que d’éclaircies sur plusieurs sujets brulants du moment. Tous ceux qui y sont allés ont unanimement évoqué un appel du chef de l’Etat qui aurait fait part de ses appréhensions pour la cohésion nationale, des difficultés socioéconomiques du pays, de son amour pour la patrie et de sa compassion pour les pauvres. Un an après le discours de la main tendue, le geste suit enfin avec l’ouverture du dialogue effectif.

Mais là n’est pas le plus intriguant. En scrutant les clichés, de chacune des étapes de ce regain de dialogue, on ne remarque curieusement aucune trace du chargé officiel de la pacification de la nation à savoir le médiateur de la République. Pas que le « faiseur » de paix national ne mérite pas son salaire mais on pourrait s’étonner que les animateurs de la vie publique n’aient pas eu besoin de lui pour décider, tous seuls, comme des grands, de se regarder en face et échanger sur les questions d’intérêt national. Cette séquence mérite forcément besoin quelques éclaircissements. Et pourtant, face Palais des gouverneurs de Porto-Novo, on ne pouvait pas ne pas percevoir l’ampleur des frictions après les K.O. électoraux. A moins que la médiation de la République démontre avoir fournis des efforts en ce sens à travers ses services et réseaux et qui se sont révélés vains. Peut-être aussi que le très prolixe professeur était tellement préoccupé par son projet d’unification des médiations nationales africaines qu’il ne s’est pas rendu compte que ses propres compatriotes étaient minés par les divisions, les rivalités, les frictions, les affrontements, les crises et les bras de fer à répétions.

Maintenant que la palabre semble lancée, l’enjeu n’est plus de savoir s’il y a eu passivité ou apathie de la part du médiateur. Tout dépend désormais de sa capacité à s’insérer dans la dynamique naissante en la faisant passer de son caractère folklorique vers une posture plus studieuse et plus concrète. Le moment pour le professeur Albert Téboédjrè et son institution de faite étalage de toute leur expertise en matière de négociation et de conciliation. Une séance de rattrapage en somme. Il est question de ramener la confiance, le désir de se parler et le courage de s’accepter au sein de la classe politique. Un menu bien plus consistant que le règlement des querelles de voisinage, des conflits domaniaux ou de harcèlement sexuel dans l’administration publique dans lesquels la médiation de la République a excellé depuis sa création. Comment transformer la seule volonté du chef de l’Etat de rencontrer tout le monde en un projet d’avenir ?

Au médiateur de la République de se muer en véritable métronome d’un dialogue national actuellement dépourvu de toutes balises claires et modernes. L’exercice devrait consister à édifier chaque acteur du processus sur un ordre des priorités, en évitant les improvisations, tout en exhibant ses propres revendications dans un esprit de groupe et d’entente. Mais au-delà de tout, il reste à identifier ce qu’on peut considérer comme le péché originel du système partisan béninois à savoir le rôle de l’argent en politique, son origine et ses effets. A quoi servirait le dialogue s’il ne tranche pas la question du contrôle du financement des activités politiques : meetings, marches de soutien, séminaires, couvertures médiatiques etc…

La balle dans le camp du « faiseur » de paix officiel de la République donc…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1088-dialogue-republicain-sans.html