Ce Prd-là… et ce gouvernement-là…

vendredi 22 juin 2012 par Arimi Choubadé

Jamais vu une actualité aussi têtue : l’entrée du Prd dans le gouvernement. La rumeur refuse de se dissiper, depuis plus d’un an, dès le lendemain des K.O électoraux malgré la posture de contestataire du scrutin présidentiel par Me Adrien Houngbédji. Il ne se passe pas un seul jour sans qu’un de mes confrères ne voit le Prd en train de peser et de soupeser les contours d’un ralliement imminent au pouvoir. Congrès, dénégations, sorties télévisées, émissions radio, communiqués de presse ; rien ne parvient à dégonfler la bulle médiatique. Au contraire, certaines gazettes n’hésitent pas à lâcher davantage d’éléments sur les méandres des tractations présumées. Comble de l’excitation avec l’audience accordée à Houngbédji par Yayi Boni à la présidence de la République suivi du raid fortement médiatisé du président de l’Assemblée nationale, Maturin Nago au château d’Adjina, domicile du leader des tchoco-tchoco. Les chasseurs d’indices exultent. Il parait que la configuration des maroquins était au menu. Ça y est donc : le Prd est au gouvernement ! Même si on attend toujours…

Seuls les analystes de médias peuvent justifier comment s’est forgée, chez eux, cette forte conviction sur la question. Et pourquoi aucun d’eux ne veut accorder le moindre crédit au discours officiel du Prd ? Alors que plusieurs éléments auraient pu orienter autrement les conjectures. En effet, le parti arc-en-ciel a multiplié ces derniers mois les attaques contre l’exécutif notamment sur le dossier des grèves dans l’enseignement, des réformes au port et de la révision de la constitution. Prises de position aux antipodes d’une attitude bienveillante à l’égard d’une équipe qu’on ambitionnerait de rejoindre de sitôt. Le tout assorti d’une déclaration retentissante d’appartenance à l’opposition conformément à la loi portant statut de l’opposition. Mais rien de tout cela ne semble infléchir les confrères dont la religion semble définitivement faite de très longue date.

Et pourtant la déclaration d’appartenance à l’opposition induit bien des conséquences de droit qui impose à son auteur un cahier de charges assez strict sur l’échiquier politique. Me Adrien Houngbédji et ses camarades savent très bien qu’en acceptant de faire publier au journal officiel leur opposition au gouvernement, la loi suscitée, dans son article 6 dernier alinéa, leur exige de « ne pas accepter un poste politique à un niveau quelconque du pouvoir exécutif ». Ce qui équivaut à une interdiction formelle de franchir le pas au risque de perdre le statut d’opposant. Ayant conscience de cette exigence légale, il serait d’une grande malhonnêteté de faire une déclaration d’appartenance à l’opposition juste pour faire monter les enchères tel que mentionné dans les cogitations d’analystes. Sans oublier la compétition engagée par les tchoco-tchoco contre leurs alliés de l’Union fait la Nation afin de paraitre comme les meilleurs défenseurs du peuple face à un pouvoir détenteur de tous les leviers institutionnels.

Ah ! J’oubliais la fameuse phrase de Houngbédji lors du dernier congrès de son parti à Porto-Novo sur les conditions de participation à un gouvernement d’union nationale. Eh oui ! Le mot est lâché : « gouvernement d’union nationale ». Un dessein plus qu’un simple souhait puisque cela signifie très clairement une demande d’élections anticipées voire une démission du président Yayi Boni et l’organisation d’un nouveau scrutin présidentiel. Le gouvernement de crise suppose une transition vers une nouvelle légitimité : plus de majorité présidentielle et donc plus d’opposition ; ce qui libère du coup le Prd de sa profession de foi. En conséquence, plus de vote au parlement, les lois se prennent à l’unanimité après quelques conciliabules etc… Mais puisqu’il n’y a aucun espoir que Yayi accepte de rebattre les cartes à nouveau, il n’y aucun espoir pour l’avènement de ce gouvernement de crise.

Pour le moment le Prd n’est pas au gouvernement…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1094-ce-prd-la-et-ce-gouvernement-la.html

Messages