La Lépi ou le crime parfait…

mercredi 25 juillet 2012 par Arimi Choubadé

44 milliards perdus pour la République et personne n’est coupable, pas même responsable ; disparus dans le trou noir de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Un an seulement après avoir servi à mettre le Bénin définitivement sur les rails de sa refondation, voilà cet outil dit de développement tellement mal en point qu’il fallait battre le rappel de toutes les forces vives de la nation à son chevet. Société civile, partis politiques y compris ceux non représentés à l’Assemblée nationale, syndicats, religieux, experts. Tous pour la correction d’un fichier électoral qu’aucune des personnes conviées à l’exercice de sauvetage n’a jamais vu auparavant. Pendant qu’on débloquait les milliards de départ, l’idée d’une démarche consensuelle avait singulièrement disparu du forum. L’inspiration ne semble être venue qu’après les K.O électoraux.

Correction signifie que le sujet lui-même est erroné ; ce qui suppose des fautifs conscients ou inconscients. Le devoir du compte rendu aurait un sens que les citoyens seraient déjà édifiés sur les circonstances réelles du clash financier. La faute, parait-il, à un activisme négatif de pseudos opposants auteurs de consignes de boycott. L’accusation perd volontairement de vue que la loi a bien exigé aux citoyens de se faire recenser sur place à domicile. Pourtant, des centaines de milliers de Béninois n’ont jamais vu le moindre agent recenseur aux abords de leurs lieux de résidence. Encore les adversaires de la Lépi « non consensuelle » si certains agents sont sous payés, épuisés, mal formés et ne parviennent même pas à déchiffrer les mentions contenues sur les pièces d’état civil ? Que dire de l’insolite répétitif à l’échelle du territoire national des outils défectueux et régulièrement en panne lors de la phase informatique du processus ?

Mais le problème n’est pas la prise de conscience sur l’imperfection de la Lépi. Il est plutôt dans le fait d’embrayer ainsi sur les vertus de la correction comme si les imperfections proviennent de circonstances naturelles indépendamment du fait de l’homme. Pire, certains des acteurs de premier plan de ce gâchis se retrouvent en plein cœur du processus de rectification. Assurés d’échapper à toute sorte d’opération de contrition. A peine s’ils n’apparaissent comme de valeureux pacificateurs de la démocratie en danger une fois le fameux fichier débarrassé de ses impuretés. On ne retiendrait finalement d’eux que l’effort de redressement de la Lépi en lieu et place de leur part dans sa réalisation tronquée. Ce ne serait que la énième tentative de falsification de l’histoire politique nationale.

Les esbroufes du groupe de travail parlementaire sous le prétexte de recherche de consensus donnent déjà un aperçu de la manœuvre. Le rappel du clergé, des grandes gueules de la société civile à savoir Fors-Lépi, des martyrs de l’Abtéisme, des éternels contestataires de la bourse du travail présente des allures d’une absolution programmée du crime originel contre le contribuable. On ne manquerait pas de proposer à ce beau monde de substantiels jetons de participation de manière à leur faire porter une partie de l’échec. Aux 44 milliards s’ajouteraient les nouveaux milliards à consacrer au redressement d’un truc dont on ne connait rien de la quintessence. Nul doute que la polémique à naitre autour de la correction permettrait d’éclipser totalement celle autour de l’invisible fichier. Faute de coupable, pas de sanction ne serait-ce que symbolique. Ni les présidents successifs de l’organe de réalisation, ni les recruteurs d’agents électoraux incompétents, ni les acquéreurs de matériels informatiques défectueux, les chantres inconditionnels du forcing, ni les juges suprêmes cautions de tout l’échafaudage ; tous innocents. Oui ! Il y a eu des milliards dilapidés, des millions de citoyens privés de vote, des troubles politiques et sociales à répétitions ; et alors ?

Le crime de la correction bâclée après celui de la réalisation calamiteuse ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1103-la-lepi-ou-le-crime-parfait.html