Anjorin, Attolou, Akplogan... sont Béninois…

vendredi 27 juillet 2012 par Arimi Choubadé

Impossible de mettre le pied dans le football par les temps qui courent sans choquer les susceptibilités. A peine si les excités, champions de lyrisme débridé se souviennent que les protagonistes partagent la même nationalité et qu’ils étaient les meilleurs copains du monde dans un passé très récent. Une seule question à leur poser. De tous (Anjorin, Attolou, Ahouanvoébla, Didavi, Hounnouvi, Akplagan et autres) lequel mérite que les Ecureuils soient privés de compétitions internationales pour plusieurs années ? Tous les sportifs, les vrais, savent que rien ne vaut la compétition. Sans ce rapport avec les autres compétiteurs des autres pays, pas moyen d’apprécier les performances et les améliorer. Les écorchés vifs qui proclament partout que le Bénin pourrait fabriquer des rivaux à Messi, Ronaldo ou Drogba sur les stades défoncés de Savalou, de Ségbana ou de Dangbo au bout de quelques années de sanction de la Fifa devraient se raviser pendant qu’il est encore temps.

Si aucun des protagonistes ne mérite qu’on lui sacrifie toute une génération de joueurs (même s’ils sont médiocres) au nom d’un poste au sein de la Fédération béninoise de football, on doit reconnaitre que le conseil des ministres du 25 juillet 2012 a rendu un grand service à la nation. Chacun peut spéculer à sa guise sur la manière dont cela s’est fait et les termes utilisés pour justifier la décision de maintenir Anjorin dans ses fonctions en attendant un hypothétique ordre nouveau. L’éminent juriste qu’il est, Victorien Attolou n’a nul besoin d’un conseil d’avocat pour savoir que, de toutes les façons, la Fifa, propriétaire exclusive du siège de Porto-Novo ne le laisserait pas y siéger plus que 72 heures. Le fait pour le bâtiment d’être situé sur le territoire béninois ne fait pas de lui une propriété nationale. Les instances ayant tranché le conflit de légitimité auraient dû se pencher également sur le patrimoine.

Cette affaire connait certainement autant de retentissement et de passion parce que beaucoup de gens qui n’ont rien à faire s’y intéressent un peu trop. Quoiqu’on dise, il s’agit plus d’une guerre d’intérêt, de clan et de positionnement que de débats de souveraineté nationale. Une lutte entre initiés en quelque sorte. L’argent du contribuable englouti dans les différentes expéditions de l’équipe nationale ne saurait servir de prétexte à l’endoctrinement croisé de la population à propos d’une bagarre entre d’anciens coquins. Ces milliards du trésor public ont permis aux Ecureuils de hisser le drapeau national à trois phases finales différentes de la Can en l’espace de 8 ans. Ils ont permis également au Bénin de tenir son rang de 78ème nation de football sur les 205 classés par la Fifa. Libre à ceux qui le désirent de se battre pour le contrôle de la fédération. Mais cela ne leur donne pas le droit de prendre tout le monde en otage y compris les institutions de la République.

Tout ce qui tente de se rapprocher de cette prétendue crise se retrouve pris à son piège : gouvernement, justice, clubs, médias, simples citoyens. Il en serait ainsi tant qu’on ne donnerait pas à la situation la juste dimension qui lui convient, c’est-à-dire une querelle de ménage entre amis. Sessègnon et ses camarades ont juste besoin de gradins remplis d’applaudisseurs inconditionnels à chaque sortie du Onze national. Les gesticulations anti-Fifa ont été vaines hier au Nigéria, au Cameroun, au Togo ; elles le sont davantage au Bénin aujourd’hui. Seule la Fifa est le dépositaire exclusive du football sur la planète. La souveraineté du Bénin s’exerce sur son territoire, sa monnaie (fabriquée à l’extérieur), sa diplomatie inaudible, sa défense ; pas sur le football dont la constitution ne fait mention dans aucune de ses dispositions.

Le match se joue entre Adjorin et Attolou et non entre le Bénin et la Fifa…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1104-anjorin-attolou-akplogan-sont.html

Messages

  • Quelle solution cette décision (applaudie) a t elle apporté à la crise qui sécoue le football dans mon pays ? Essayer d’y repondre et vous vous rendez compte que nous n’avons pas avancé pas d’un pouce. C’est bien dommage.

    • c’est dommage qu’on ne mette jamais l’intérêt général au-dessus des intérêts particuliers au Bénin. Adjavon et anjorin veulent embrouiller le bénin footballistique. c’est leur pacte de 2009 qui a engendré tout ce qui se passe aujourd’hui. la marionnette attolou n’était pas là qd ils se sont vus mais c’est normal en bon juriste il défend les intérêts de son patron. En réalité pour comprendre bien tout ce qui se passe aujourd’hui allez discuter avec Glélè VaLére de TOnnere Fc les responsables d’Energie FC, de ASOS, de JS pobè, des clubs qui jouaient les hauts du tableau sur comment ils se sont retrouvés en National. Laisse moi vous rappeler qu’en 2009, Anjorin n’avait aucune chance d’être élu car le collectifs des clubs de d1 d’alors s’étaient ligués contre lui. mais avec l’argent d’adjavon, il a embobiné avec l’aide de FSP, de radio Tokpa, de Jacques Roux, de Jacques OKOUMASSOU, etc.... l’opinion public qui a cru naïvement au changement d’anjorin. cessons d’être amnésique ou de croire qu’un homme d’affaire fut-il de la trempe de Adjavon est capable de donner de l’argent gratuitement au Bénin dans le foot uniquement alors qu’il dispose d’un centre de formation de foot. Soyez moins naïf mes frères. Si tant est que ADJAVON veut le développement du foot,qu’il attende l’année prochaine Anjorin arrive en fin de mandat. Je conseille de plutôt racheter "ces clubs" et négocier pour être au moins actifs afin d’avoir la possibilité de participer aux élections en 2013 et de faire partir Anjorin. il ne lui sert à rien de vouloir s’opposer à l’instance faitiere la FIFA qu’il traite de voyou car on ne progresse en sport que si l’on joue contre d’autres plus fort. Peuples du bénin, ne vous laissez pas tromper et que le football roule sur le terrain au lieu des palais des tribunaux.

  • Hé DIEU oh dans kel monde sommes nous et que deviendra mon pauvre pays le BENIN ? etant meme a l’exterieur on se dit fier d’etre beninois mais helas on finira par garder la nationalité secondaire ANJORIN TU AS TROP REMPLI TA POCHE VA TE FAIRE VOIR AILLEURS ON EN A MARREDE TOUT CES HISTOIRES. MERCI

  • Bonsoir Mr CHOUBADE, je ne suis pas d’accord avec certaines de vos idées. La FIFA n’a rien comme patrimoine sur mon territoire. LA FIFA n’a pas créé les lois de mon pays pour qu’elle soit au-dessus des lois de mon pays, par surcroît la justice de mon pays. Je refuse ses propos que l’on ait entrain de me servir. Depuis 2004 jusqu’à ce jour, toutes les participations aux CANs, nous ont données quoi ? Quel résultat jusqu’à présent ? Et maintenant on nous chante que pour ne pas priver des jeunes de compétitions, on va contre les décisions judiciaires. Tout le monde footballistique a accepté qu’on nous sanctionne et que nous reprenons notre football à la base, et on vient nous raconter des sottises . Tout le monde voit que depuis 1960, ça ne va pas et nous avons pris une autre option depuis 2009 et maintenant à causes des intérêts machiavéliques de certains groupuscules, on balaie tout de revers.

  • Arimi toujours aussi perspicaces. voilà ce qu’on appelle un journaliste d’investigation. c’est pas sen piaillant sur radio tokpa qu’on est journaliste d’investigation qu’on l’est vraiment. le crédo du journaliste c’est de dire la vérité rien que la vérité et non embobiner l’opinion publique pour quelques billets de banque que Adjavon donne d’ailleurs bcp à tous ceux qui le soutiennent. voilà klk1 qui a tjrs raison. heureusement, il existe des gens encore digne qu’on ne peut acheter. du courage Arimi. tu as compris parfaitement comment le système fonctionne. tous ce qui sont avec adjavon non plus d’ailleurs ne sont pas sains heureusement.