Foot béninois contre foot de la Fifa…

lundi 20 août 2012 par Arimi Choubadé

Ça y est, la justice a tranché. Sa religion est irrémédiablement établie sur le détenteur de la légalité et de la légitimité sur le bureau exécutif de la fédération béninoise de football. Les esbroufes du gouvernement sur le sujet ne seraient que des péripéties éphémères ; juste un répit de courte durée. Les souverainistes croient dur comme fer que la restauration de l’autorité et de l’indépendance de la justice n’est qu’une question de temps. Selon eux, les décisions des juges s’imposent à tous, partout sur l’étendue du territoire national, en toute matière (y compris le football), en tout temps, quelle que soit l’institution (gouvernement inclus). Or selon, les juges, le président de la Fébéfoot, l’unique, le légitime, le légal et le plénipotentiaire c’est Victorien Attolou. Intime conviction de magistrat sur fond de souveraineté inaliénable et sacrée ! Sacralité que même le très « grand » Yayi Boni n’a pas osé remettre en cause dans sa fougue présidentielle en ne se limitant qu’à la phase exécutoire de la décision des juges tout en laissant la décision elle-même en l’état.

Une seule ombre au tableau, cependant, les juges ne sont pas allés suffisamment loin dans la logique d’affirmation de leur indépendance et de la souveraineté nationale. Laisser le président juridiquement légitime de la Fébéfoot squatter un immeuble appartenant à une Fifa boudeuse sur le sujet n’était pas très intelligent. Avec le risque d’être délogé en moins de 72 heures seulement. La justice aurait dû, au préalable, exproprier le propriétaire du siège de la fédération à Porto-Novo afin de s’assurer que le règne de Attolou puisse s’exercer sans aucune perturbation. Ou à défaut, enjoindre le gouvernement d’octroyer illico un immeuble à cet effet. A moins que ce bureau légitime dont on dit qu’il dispose de puissants soutiens ne puisse, par ses propres moyens, se doter d’une bâtisse à la dimension de ses ambitions. Cela éviterait d’ailleurs le double clash avec, d’une part, le gouvernement qui ne se sentirait plus obliger d’annuler une passation de service et, d’autre part, la Fifa qui ne s’offusquerait plus de voir ses locaux occupés par un « indésirable ».

Pour parfaire leur œuvre, les juges auraient dû également, en soutien à leur décision en première instance, confirmée en appel, décréter un tournoi spécifique à la fédération légitime indépendamment des compétitions Caf et Fifa. Ainsi la souveraineté béninoise s’exercerait sur son football, sur son territoire national, avec sa fédération légitime, ses lois et règlements de jeu. La meilleure manière de se passer des éliminatoires de la Can ou du mondial. Les clubs sous obédience de cette souveraineté seraient, par ricochet, exemptés des championnats africains sous l’égide de la Caf dont le comité exécutif voire le président sont suspectés d’être trop favorables à l’équipe illégitime de Anjorin Moucharaf. Et à en croire des experts souverainistes, la détestation des instances Caf-Fifa n’est pas une exclusivité béninoise. D’autres juges dans d’autres pays du continent seraient sur le point de décréter l’indépendance et la souveraineté de leurs foot nationaux. De quoi organiser désormais une Coupe d’Afrique des nations « indépendantes » (Cani) en concurrence directe avec la traditionnelle Can. Pourquoi pas un mondial « indépendant » de celle de la Fifa ?

Assez fastidieux donc le chantier de la souveraineté footballistique nationale visant à s’affranchir de toute tutelle des « petits » fonctionnaires de Zurich. Pour le moment, la compétition entre le foot béninois souverain et le foot universel versus Fifa est très défavorable aux souverainistes. Bien que détenteur de la légitimé des tribunaux, ils doivent regarder le train du foot universel passer sous leur nez parce que le foot indépendant n’a pas encore pris corps. On retient donc que les juges béninois ont enfin réalisé la prouesse d’un exécutif de fédération indépendant et souverain ; il reste à inventer le foot national indépendant et souverain assorti de compétitions spécifiques en dehors de la Caf et de la Fifa.

En attendant ce foot des juges béninois, subissons encore celui de la Fifa…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1113-foot-beninois-contre-foot-de-la.html

Messages