Travail de Sisyphe au Prd ???

jeudi 6 septembre 2012 par Arimi Choubadé

Un séminaire sur les Programmes de vérification des importations (Pvi), un autre sur le projet de révision de la constitution puis une université de vacances sur les problèmes de gouvernance. Regain d’activisme du Prd de Me Houngbédji dont l’impact sur la situation politique nationale reste à prouver. De supposées contributions au débat public qui se succèdent ces derniers mois sans que les postures ne bougent d’un seul iota au sein de la classe politique. Tensions, crises, polémiques, réactions, contre-réactions demeurent les bons procédés les mieux partagés dans le milieu. 48 heures après le conclave et plus personne ne parle du volet intellectuel abordé par les tchoco-tchoco en banlieue de Cotonou à Akpakpa. Crèvent l’écran, par contre, les gros plans sur les noms des députés Prd absents ou en retard, celui du maire Prd qui se serait senti isolé, de la liste des invités remarquables et de quelques faits divers. Presque rien sur les exposés laborieux des deux ministres du gouvernement ou des justifications d’un des acteurs clefs des réformes portuaires en souffrance, encore moins des recommandations des participants.

Même les chantres inconditionnels du prétendu dialogue national (à venir) ne semblent trouver aucun centre d’intérêt dans le fait que des ministres aient participé à une rencontre organisée par le plus grand parti de l’opposition. Pas plus qu’ils ne semblent intéressés par le fait que le chef de l’Etat et le chef de l’opposition puissent entretenir des rapports cordiaux et détendus. Impossible d’inverser la tendance ou d’arrêter la chienlit qui rogne du climat sociopolitique national de jour en jour malgré ces initiatives de décrispation. À l’image de l’acceptation de la main tendue sensée apporter une éclaircie dans une atmosphère fortement alourdie par les K.O électoraux de 2011, au début du quinquennat. Le « Titanic » poursuit inexorablement sa longue chevauchée orageuse.

La question qui revient dans tous les esprits renvoie immanquablement à cette posture du rouleur de pierre vers le sommet inaccessible de la montagne qu’affiche le Prd et ses vaines sorties. En effet, on s’imaginait que le citoyen pouvait se faire une opinion définitive sur la problématique du coton à la suite du grand oral du ministre Sabaï Katé devant les opposants tchoco-tchoco. De la même manière qu’on avait nourri l’espoir d’être enfin fixé sur les guéguerres autour du Pvi grâce aux avis croisés du ministre Djènontin et des ténors de la société Bénin Control, principal protagoniste de l’affaire. L’université de vacance s’est finalement achevée sur de vagues échos de fais divers ou de détails personnifiés au détriment des débats de fond ou des thématiques énoncés dans le discours d’orientation de l’hôte de la manifestation à savoir Adrien Houngbédji.

Avec le recul, il n’est pas exclu que les organisateurs des universités de vacance du Prd ne nourrissent pas quelques regrets. Peut-être ont-ils été victimes de leur dédain affiché pour les « allégories animalières ». Ils auraient pu prendre conseil sur les concepteurs de la mémorable interview présidentielle du 1er août 2012 ou encore de la réplique versus Azannaï afin d’être sûr de caporaliser l’attention de l’opinion pour plusieurs semaines. Comme si le débat public ne parvient pas à se sevrer de polémiques, de noms d’oiseau, d’invectives ou de délations. Les conclaves studieux, les échanges d’idées, les approches unitaires en vue d’aborder le chômage des jeunes, la crise dans le secteur de l’éducation, la pénurie de sang dans les maternités, la pauvreté, les maladies ont du mal à déclencher la passion de nos princes. Qu’on ne s’étonne pas que les candidats à l’organisation de séminaires, d’universités de vacance ou d’été, de journées de réflexion deviennent de plus en plus rares.

Dans un pays où la réflexion semble vaine...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1120-travail-de-sisyphe-au-prd.html