Priez aussi pour les juges…

mercredi 31 octobre 2012 par Arimi Choubadé

Cette fois-ci, personne ne pourrait reprocher aux bondieuseurs d’en faire un peu trop. Ce fut vraiment de la miséricorde et de la grâce d’entendre, par le procureur de la République, en conférence de presse, que le chef de l’Etat à échapper à un empoisonnement. Rien que pour cela on peut multiplier les louanges au père céleste. Egreneurs de chapelet, liseurs d’écritures saintes, prêtres vaudous, danseurs et chanteurs de spiritualité sont donc en droit de s’en donner à cœur-joie. Remerciant le ciel d’avoir épargné au Bénin une situation inextricable en cas de réussite du projet macabre. Prières et louanges au très haut pour avoir miraculé le président de la République et aussi avoir préservé le pays de tumultes et de troubles surtout en cette période où il est presque impossible de tenir le moindre scrutin sur le territoire national du fait du défaut d’une liste électorale crédible et consensuelle. Que dire de la mouvance qui aurait manqué de se retrouver orphelin du jour au lendemain sans être préparé à cela ?

J’ai poussé ma curiosité en allant assister à une de ces séances de prière organisée à la mosquée de Zongo le mardi 30 octobre 2012. Un fait a particulièrement attiré mon attention ; c’est le peu de cas qu’a fait la pléiade de prêcheurs vis-à-vis d’une catégorie d’acteur du puzzle à savoir les juges. Eux aussi ont besoin de bénédiction et de félicité puisque c’est à eux qu’incombe la responsabilité de sortir le pays de la torpeur dans laquelle il est plongé à l’annonce de cette affaire. D’autant plus que, même la victime présumée, le président Yayi Boni a choisi de s’en remettre à eux (les juges) pour démêler l’écheveau. Même démarche chez le principal mis en cause, l’homme d’affaire Patrice Talon qui dans une interview sur Rfi déclare prendre « des précautions juridiques à sa portée pour répondre aux accusations ». Unanimité donc sur le rôle central des juges et accessoirement aux autres enquêteurs.

En effet, le plus important à présent est de pouvoir comprendre ce qui s’est réellement passé. Yayi serait certainement très heureux si au bout de la procédure il est prouvé qu’il s’agissait d’une grosse méprise et qu’il n’y avait aucune raison sérieuse que soit remise en cause sa confiance en sa nièce, son médecin, son ancien ministre et son « ami ». Imaginez alors l’état d’âme de millions de Béninois enfin soulagés à l’idée que leur pays n’était pas devenu cette terre d’empoisonneurs qui a fait la une de tous les médias du monde. Ou plutôt, que dans le lot des suspects, il y a un ou deux encore digne de confiance parce que les enquêtes l’aurait (ou les aurait) mis hors de cause. Ou encore que Yayi a vraiment frôlé le pire en admettant ces individus dans son cercle le plus rapproché. Pour y parvenir, les juges ont certainement besoin que Dieu veille sur eux-mêmes afin qu’ils puissent prendre les décisions justes attendue par tous jusqu’au-delà des frontières nationales.

Aux juges donc de rétablir les faits tels qu’ils se sont produits. Sur un plan strictement juridique, rien n’est encore joué malgré les accusations et les contre accusations puisque c’est au juge de reconstituer le puzzle, morceau par morceau, indépendamment des déclarations par médias interposés. En matière criminelle, toute l’instruction est reprise à la barre par le juge devant les membres du juré. Chaque élément de preuve, témoignages, aveux, pièces à conviction, tout est revu à la barre avec minutie, contradictoirement et en public. Ce n’est qu’alors seulement que le juge peut se prononcer sous réserve de recours à des juridictions d’ordre supérieur. Un parcours jalonné d’épreuve que le juge devrait aborder avec un état de grâce. Surtout qu’il n’est pas exclu que, de leur côté, les mis en cause ou leurs proches puissent solliciter prières et louanges à Dieu afin de les sortir d’affaire. Pourquoi ne pas demander que la lumière divine éclaire ces juges et leurs jurés ???

Amen ! Alléluia ! Hampa !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1139-priez-aussi-pour-les-juges.html