« Groupes armés éloignés des groupes terroristes »…

vendredi 16 novembre 2012 par Arimi Choubadé

Concept nouvellement née de l’agitation diplomatique autour de la crise malienne. L’homologation quasi officielle est d’ailleurs survenue au détour de l’audience accordée à l’Elysée à la nouvelle présidente de l’Union Africaine, Dlamini Zuma par le président de la République française, François Hollande. Les deux personnalités consacrent désormais l’existence d’une différence entre « groupes armés » et « groupes terroristes ». Le Mali n’en finit donc pas avec les excentricités diplomatiques près. Grâce à elles, on découvre qu’un groupe d’individus peut se doter d’armes de guerre et mettre en déroute une armée nationale sans être reconnu comme un groupe de terreur (ou de terrorisme). Tant pis si cela s’est soldé par la mort de plusieurs citoyens maliens, à des dizaines déplacés ou exilés, à des exactions de toute sorte et à des risques de déstabilisation sur toute la sous-région. Par une alchimie dont seuls les auteurs détiennent le secret, l’échiquier des fauteurs de troubles au nord Mali s’est curieusement scindé en deux catégories ; d’un côté Ansar Dine et le Mnla devenus subitement fréquentables ; de l’autre le Mujao et Aqmi à éradiquer.

Une troublante ambivalence qui vient mettre une couche supplémentaire sur la nébuleuse entourant la crise et qui s’ajoute aux atermoiements sur la stratégie envisagée. Avec l’exhibition de muscle et de puissant pendant que se mène encore des négociations. A y voir de près, l’expédition semble prendre des allures d’une opération de sous-traitance au profit des fréquentables. En fait les généraux de la Cedeao devraient aller « nettoyer » le terrain pour les « groupes tolérables ». Le Mnla et Ansar Dine avait, en effet, perdu presque toutes leurs zones d’influence face à la puissance de feu de Aqmi et du Mujao. Les micmacs actuels font présager d’une sorte de renfort de la Cedeao et de la communauté internationale pour ces « groupes armés ». Car si la volonté de bouter les « groupes terroristes » ne fait l’ombre d’aucun doute, le dessein est moins clairement affiché vis-à-vis de ceux dits « armés ».

En pointillés, on voit apparaitre les quelques nuances qui subsistent encore. Il est paradoxal que Zuma se rende elle-même à l’Elysée alors que les présidents de l’Ua, de la Cedeao et même de certains pays limitrophes du Mali y ont été déjà reçus. Une résolution a été adoptée par la Cedeao, confirmée par l’Ua et attend le feu vert de l’Onu pour la phase opérationnelle. Malgré tout cela, elle a tenu à aller parler à Hollande. On se souvient que l’interventionnisme en Lybie est demeuré en travers la gorge de son pays d’origine, l’Afrique du Sud. Le sentiment d’avoir été humilié et ignoré par l’arrogance de la coalition franco-américano-anglaise lors de l’assassinat de Kadhafi hante encore certains esprits sur le continent. De même que persistent toujours auprès d’une large partie de l’opinion africaine les soupçons d’une responsabilité de la France dans la dégradation de la situation dans le sahel.

On redoute visiblement une duplication dans l’Azzawad d’un bordel aussi cataclysmique que celui instauré en Lybie. Le schisme idéologique et philosophique entre les différents groupes de terreur qui sévissent au nord mali ne semble exister que dans l’esprit des pacificateurs. On feint d’oublier que tous ces rebelles étaient allés faire leur emplette dans le gigantesque magasin d’armes à ciel ouvert qu’est devenu la Lybie post-Kadhafi. Ensuite, ils ont formulé ensemble le dessein de faire régner l’intolérance religieuse sur une partie du désert en commençant par le Mali. Les prétendues différences apparues sur le terrain ne relèvent en réalité que d’un dépit amoureux entre d’anciens coquins. Il est à craindre que comme en Lybie, l’assaut en préparation ne ventile des pensionnaires de « groupes armés » ou de « groupes terroristes » vers d’autres destinations.

A chacun de choisir : « groupes terroristes » ou « groupes armés »…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1146-groupes-armes-eloignes-des-groupes.html