Le « peuple » ou le « troupeau » béninois ???

lundi 19 novembre 2012 par Arimi Choubadé

C’est parti pour un exercice de dissection des caractéristiques sociologiques de la maison-Bénin sans provocation ou autodérision. Zoom donc sur ce qui tient lieu de « peuple » ou de « troupeau », et où l’argent « gouverne tout », aux dires du chef de l’Etat en personne. Société où toutes les institutions sont « mouillées ». Une caricature présidentielle en échos à d’autres excentricités les unes plus déviantes que les autres. À l’image de la ténébreuse affaire d’Etat qui empoisonne toute la vie publique nationale voire internationale depuis plusieurs semaines. Toute la littérature développée autour de la présumée tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat béninois, vient en effet, révéler au grand jour l’ampleur de cette dictature du mercantilisme, l’argent écrasant tout sur son passage : amitié, parenté, fraternité, honneur. L’ami, la nièce, le médecin, l’officier de l’armée, le garde du corps, le frère de région peuvent rapidement se transformer en empoisonneurs sans scrupule parce que l’argent (ou la promesse d’argent) aurait agi. Dans un pays dit de paix.

La même affaire a mis en exergue de hautes personnalités de l’Etat volontairement en rupture avec la présomption d’innocence par des prises de parole intempestives. D’autorités morales présumées, vénérables en temps normal, se retrouvent opportunément en posture de courtisan mêlant leurs voies à celles des badauds oisifs. Alors que la police et la justice s’activent à démêler l’écheveau sur un plan strictement judiciaire. Plus grave encore, ce sont les accusations portées contre le chef de l’Etat prétendument tenté de remettre en cause ses propres promesses faites au Pape Benoit XVI sur sa volonté de respecter la constitution et de ne pas briguer un troisième mandat présidentiel. Promesses réaffirmées devant le président américain Barak Obama et rappelées à l’occasion de nombreux autres discours officiels à l’intention des citoyens béninois. Voilà ce à quoi ressemble à présent la maison Bénin : une communauté d’hommes en proie à une crise de repères et de valeurs sans précédent.

Les puristes enseignent généralement qu’un « peuple » ce n’est pas uniquement un groupe d’hommes. Pour mériter d’en être un, digne de ce nom, ce groupe d’hommes devrait s’appuyer sur une organisation sociale structurée fondée sur des valeurs, des normes, des repères et des croyances. A l’opposé de la situation actuelle qui renvoie à une autre trouvaille des mêmes puristes, le « troupeau : groupe d’hommes sans discipline », j’ajouterai sans repère, sans conviction, sans engagement. Je n’oserai pas trancher à propos de la sémantique qui sied au cas d’espèce. Des difficultés existent néanmoins à déceler, dans le Bénin d’aujourd’hui, les règles et les fondations d’un peuple conscient de son rôle non seulement dans la construction d’une société où il fait bon vivre pour chacun et pour tous mais aussi dans la construction de l’humanité.

Par contre, on s’aperçoit que l’une des caractéristiques principales du concept « troupeau » se rapproche davantage de l’état d’âme général des Béninois à savoir l’absence de « discipline ». Vu la pagaille ambiante qui s’est emparée de la société béninoise, on est en droit de se poser des questions sur l’état d’esprit de cette communauté presque incapable aujourd’hui d’apporter la moindre solution au moindre problème qui se pose à elle. Aucun remède en vue face à la prostitution des cadres, à l’inadéquation des programmes d’enseignement, à la banalisation du sacré religieux et ou traditionnel, au mépris de la culture, à la violation des lois, à la culture de l’impunité, à la corruption des partis politiques, l’absence de fichier électoral etc…Tout peuple digne de ce nom aurait pu trouver, en son sein, les ressorts nécessaires afin de renverser la tendance. Ce qui n’est pas le cas du « groupe d’hommes sans discipline », c’est-à-dire un « troupeau ».

Où en sommes-nous ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1147-le-peuple-ou-le-troupeau-beninois.html

Messages