6ème nation de foot junior en Afrique …

lundi 25 mars 2013 par Arimi Choubadé

L’honneur est sauf. 6ème du tournoi, devant l’Algérie, pays organisateur (vainqueur de la première édition en 1979) mais également devant le Congo démocratique, sans tambours ni trompettes. La première génération de footballeurs béninois à avoir participé à une Can junior hors du territoire national. Les juniors béninois se sont finalement inclinés devant deux triples vainqueurs de la compétition à savoir le Ghana (1993, 1999, 2009) et l’Egypte (1981, 1991, 2003). Des ogres contre lesquels David Djigla et ses compagnons ont fait « presque » jeu égal, ne cédant, à chaque fois, que par la plus petite des marges (1 but à 0). Tous ceux qui ont suivi les matches peuvent honnêtement témoigner qu’à aucun moment, les petits n’ont été ridicules. Il n’y a eu ni débâcle ni leçon de football de la part des adversaires. L’espoir a été maintenu jusqu’au coup de sifflet final ; exactement comme le feraient de véritables guerriers prêts à mourir au front les armes à la main.

Certains compatriotes seraient, néanmoins, déçus parce que le trophée n’a pas été ramené à Cotonou. Sous prétexte que les petits se seraient qualifiés pour la phase finale après avoir éliminé la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Comme si avoir été génial face à ces concurrents conférait des aptitudes exceptionnelles. En rappel, Ivoiriens et Sénégalais n’ont jamais été des foudres de guerre dans cette catégorie d’âge pour n’avoir jamais gagné le trophée contrairement à l’Algérie (une fois), le Ghana et l’Egypte (3 fois chacun). Un groupe pesant 7 trophées sur les 17 dernières éditions qu’on demande aux néophytes béninois de pulvériser par quelques coups de pattes magiques parce que l’Etat béninois aurait déboursé quelques centaines de millions de Cfa. Même la 6ème place obtenue serait une contreperformance. Alors que le seul repère en la matière est la 4ème place occupée en 2005 lors de la 14ème édition organisée sur le territoire national. Dans ce débat sur le bilan de cette compétition les analystes feraient mieux de sortir les statistiques (palmarès, nombre de participation, de victoire, le budget de chaque équipe, le profile des joueurs, le pourcentage de possession de balle, de passes, de tirs) et on verrait si le Bénin a régressé. Trop facile de se baser sur les optiques de télévision pour juger une génération qui est en train de tout inventer dans sa catégorie.

La plupart des critiques puisent leurs justifications dans des considérations extra-sportives en l’occurrence la crise à la fédération béninoise de football ou la gestion des ressources publiques mises à disposition. Le grand Nigéria fraichement auréolé du titre de champion d’Afrique après la Can sénior 2013 en Afrique du sud vient d’être accroché à domicile par le modeste Kenya (1-1) lors des éliminatoires coupe du monde Brésil 2014. 24 heures plus tôt c’est le sublime Espagne double champion d’Europe et champion du monde qui a subi le même sort face à l’inconnue Finlande. Mais personne n’oserait accuser les fédérations de ces pays des résultats sur le terrain. L’Espagne comme le Nigéria disposent des plus grands budgets et des plus grands championnats nationaux sur leurs continents respectifs.

Parlons de l’exorbitance présumée des fonds consacrés au foot. Les mêmes qui estiment qu’on en fait trop, se plaignent également de l’insuffisance de la prise en charge des joueurs et de leur encadrement (regroupement, formation, stage, remise à niveau). Par ailleurs, il n’existe pas encore à la fonction publique le corps des footballeurs. En clair, les juniors ne peuvent être pris en compte de façon permanente jusqu’à leur majorité pour éventuellement intégrer les séniors. La rareté des ressources au trésor public ne le permettrait d’ailleurs pas. A chaque junior de définir son plan de carrière soit dans un club local soit à l’extérieur en collaboration avec ses parents, ses agents ou les responsables de son clubs. N’oublions jamais qu’il n’existe pas de licence ou de contrat pour jouer en équipe nationale. Tout détenteur du passeport béninois est sélectionnable. Ce sont les meilleurs d’entre nous qui étaient en Algérie.

Bravo les enfants !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1172-6eme-nation-de-foot-junior-en.html