Citoyenneté et conscience en politique au Bénin ???

mardi 14 mai 2013 par Arimi Choubadé

Enfin les conclusions des cogitations de Moukaram Badarou. Après avoir claqué la porte de la maison arc-en-ciel, son point de chute était devenu une curiosité. Des pronostics l’annonçaient en renfort d’un creuset existant sur la place. Finalement, le transfuge du Prd a décidé d’aller lui aussi à l’abordage en créant son parti prévu pour être mis sur les fonts baptismaux le 18 mai 2013. Eh oui ! Un nouveau parti carrément, en sus de la centaine et plus, officiant déjà sur l’échiquier politique. Avec la prétention d’introduire la citoyenneté et la conscience en politique dans un pays où la corruption est devenue une religion et le bien public une propriété privée des princes ou des courtisans. Un homme politique français avait juré introduire la morale en politique, dans son pays. Il s’agissait de Lionel Jospin. Il ne tardera pas à connaitre la pire humiliation politique jamais connue par son parti. Peut-être que le nouveau parti dispose de prédisposition et moyens pour y parvenir.

Pour l’heure, au aucun élu en dehors du président-fondateur lui-même (conseiller municipal à Cotonou), aucun membre d’institution, aucun directeur générale de société d’Etat ne s’annonce sur la ligne de départ de cette nouvelle aventure. Or, ce sont eux qui s’exercent chaque week-end à faire sonner les espèces sonnantes et trébuchantes siphonnées sur le trésor public dans les villes et campagne en entretien et conditionnement de l’électorat pour des batailles électorales imminentes. On se demande si c’est par une opération du saint esprit que tout ce monde deviendrait subitment adepte de la citoyenneté et de la conscience. Juste parce que El Hadj Moukaram Badarou l’aurait prêché lors d’un congrès constitutif de parti un samedi de mai 2013. Et que désormais, les partis ne se battraient plus dans le dessein de positionner leurs relais fonctionnaires au sein de l’administration publique afin que ces derniers puissent voler le maximum de deniers publics pour la cause de leurs propagandes respectives.

Il n’y a, à priori, aucune raison de douter de ce prêche politicien. Même si cela surviendrait un peu tard vu le degré de perversion des consciences vis-à-vis de la chose publique. Il apparait à une époque où la corruption s’est payée le luxe d’ériger un monument à l’entrée même de la ville capitale, Porto-Novo, sur le tristement célèbre chantier du siège du parlement. Sans oublier que le nouveau venu ne fait pas distinguer très clairement dans sa propre attitude un démarquage entre le prêche et la pratique. Jusque là, Moukaram Badarou et les siens ne laisser rien fuiter sur l’origine des fonds ayant servi à l’organisation de leur congrès encore moins sur l’identité des sponsors éventuels. Toujours la même omerta comme la plupart de leurs ainés. Toujours cette même logique de l’éternel conspirateur, héritier des couvents sur la terre du vaudou.

Les réserves émises dans le cadre de cette chronique ne sortent pas d’une boule de cristal et ne présagent pas du tout de la trajectoire du nouveau parti. Il se pourrait que l’assainissement des mœurs politiques provienne réellement du « machin » à naitre dans les tous prochains jours. Dans ce cas, ce n’est pas dans un mois, dans un an, dans une décennie que la révolution des consciences promise devrait avoir lieu mais tout de suite et maintenant.

Alors Al hadj, changez nous tous les corrompus, Inch Allah !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1190-citoyennete-et-conscience-en.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?