Combien de milliards volés font un crime au Bénin ???

vendredi 17 mai 2013 par Arimi Choubadé

Rien que pour une présomption de délinquance (délit non prouvé), un individu peut se retrouver avec un pneu enflammé au cou jusqu’à totale consumation sous les ovations d’une foule en délire. Personne n’a encore oublié ce jeune artiste rasta sommairement exécuté dans une banlieue d’Abomey juste à cause de ses dreadlocks. Les plus chanceux ont droit à des séances de présentation à la presse dans les locaux de commissariats de police ou de brigades de gendarmerie avec écriteaux au cou portant mention de l’infraction qualifiée par le seul policier exposant. Aveux en direct à la télé ou à la radio, relayés par les journaux, sévices corporels, maltraitance sous la bénédiction d’officiers de police, tel est le sort des délinquants présumés. Parfois, sinon, très souvent, les humiliations, les tortures et les mises à mort par le supplice du collier (pneu enflammé au cou) sont subis sans que l’infraction en elle-même ne soit jamais prouvée. La population décide et exécute ; la police ou la gendarmerie décide et exécute.

Par contre, 14 milliards du contribuable se sont envasés dans la boue du fleuve Ouémé, en pure perte, sur le chantier du parlement à Porto-Novo (le musée national de la corruption). Plusieurs centaines d’autres milliards partis frauduleusement du trésor public dans les affaires Cen-Sad, Sbee, port sec de Tori et consorts selon des extraits de conseils des ministres. Mais, là, pas de foule en furie réclamant justice et réparation, encore moins de policiers justiciers déchainés sur de pauvres hères sans défense. A peine de brefs interrogatoires devant des membres de commissions d’enquête ou des officiers. Gare aux journalistes trop entreprenants dans leurs commentaires avec le risque de devoir répondre, plus tard, de diffamation voire d’atteinte à l’honorabilité d’un prévenu présumé innocent avant procès. Seuls ceux qui ont perdu leurs soutiens politiques peuvent passer un bref séjour en prison, le temps de quelques bisbilles dans les coulisses du palais de justice. En conclusion : précautions et petits soins aux suspects de corruption à grande échelle ; traitements dégradants à la petite pègre locale.

On est bien loin des pays où voler l’Etat est assimilé à un crime et traité comme tel. Moussa Traoré et son épouse avaient été condamnés à mort au Mali pour crime économique. Dans ces pays-là, privés des femmes en couche de maternité, des sidéens de médicaments antirétroviraux, des écoliers de tables et bancs, des paysans de pistes rurales du fait des détournements de deniers publics méritent la peine capitale. Les auteurs de ces actes sont autant criminels que les gangs armés qui sèment la terreur dans nos cités ou les dangereux stupéfiants. Les quelques rares procès de voleurs de la République n’ont débouché que sur d’insignifiantes peines. Le plus célèbre d’entre eux, le marabout Cissé auteur de la banqueroute des années sombres de Kérékou I n’a écopé que de 10 ans sans mesures spécifiques de restitution des biens volés. Ironie du sort, sa mise en liberté est survenue au moment où son ancien mentor était revenu au pouvoir.

Au Bénin, même en pleine refondation, le petit voleur de cabri rebute plus que le détourneur de milliards. Ce dernier passe presque pour une victime parce que généralement organisateur de meetings, de marches de soutien, de séances de prière au cours desquels une partie de l’argent volé est redistribuée à la populace. Tout le contraire du pickpocket qui ne pense qu’à ses petits copains du quartier et son entourage. De fait donc, le crime économique surtout quand il s’agit de milliards est presque toléré et compris.

Comment financer la propagande sans se servir au trésor public ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1191-combien-de-milliards-voles-font-un.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?