Le match Abt-Gbian a commencé !!!

vendredi 14 juin 2013 par Arimi Choubadé

Un fieffé menteur ! C’est l’image qu’on retient globalement de l’argenterie nationale après les premières salves de Abdoulaye Bio Tchané, le seul plus que probable prétendant à la succession de Yayi Boni dès 2016. Cible de choix, l’actuel ministre des Finances et ses certitudes sur le taux de croissance attendue. 5,4% croit savoir Jonas Gbian qui glosait il y a peu sur les médias d’une embellie de l’économie nationale. Archi-faux a-t-on entendu conclure sur radio Tokpa le 12 juin 2013. Et le contradicteur n’est pas n’importe qui : ancien argentier national, ancien Directeur général adjoint pour l’Afrique du Fmi, ancien président de la Banque ouest africaine de développement (successeur d’un certain Yayi Boni), ancien candidat à la présidentielle béninoise de 2011 arrivé troisième. Fort de cet impressionnant pédigrée, il pouvait se permettre de mettre en doute la parole d’un de ses successeurs à la tête des finances de l’Etat.

Très ingénieux, le symbolisme autour de la sortie médiatique de Abt. Une visite à radio Tokpa, puis une autre au siège de la télévison LC2, dans l’intervalle de quelques heures. Dans deux entreprises de presse en grande difficulté à l’instar de plusieurs autres, c’est-à-dire en plein cœur de la crise, la vraie. Face à l’angélisme du ministre des Finances. Des propos tenus depuis l’un des plus grands marchés de la sous région, Dantokpa plongé dans un spleen sans précédent. La rhétorique n’a d’ailleurs pas manqué d’appuyer là où ça pourrait faire mouche en insistant sur l’immoralité du fait de chanter que tout va bien alors que les gens vivent si mal. L’image ne manque pas de panache en effet. D’un côté des organes de presse contraints d’interrompre leurs programmes durant plusieurs mois sous les effets conjugués des charges fiscales, des charges de fonctionnement ainsi que des femmes de Dantokpa aux prises avec la mévente, les taxes et autres tracasseries. De l’autre, un ministre des Finances à l’abri du minimum, dont les services traquent sans merci les premiers cités et qui se permet de camoufler l’effectivité de la crise. Une insulte à la misère et la pauvreté des citoyens à défaut d’avoir des solutions pour eux.

D’ordinaire si mesuré, Abt ne pouvait se lancer dans ce numéro assez agressif sans raison. Gbian pourrait très bien se retrouver dans la course pour la succession en 2013. Avec éventuellement le soutien de Yayi Boni, ce dernier subtilement dédouané d’ailleurs. Les « mensonges » sur le taux de croissance ne seraient que l’œuvre exclusif du seul argentier et n’engageraient en rien la responsabilité du gouvernement, donc, de son chef. Peut-être d’ailleurs le chef lui-même a été abusé par son ministre des Finances qui lui aurait enjolivé les statistiques à dessein. En effet, les déclarations entendues sur radio Tokpa le 12 juin corroborent étrangement avec celles courageuses du chef de l’Etat, en personne, qui reconnaissait que le Bénin détient le taux de croissance le plus faible de l’Uémoa et qu’il en avant eu honte. Totalement en déphasage avec la posture du tout-va-bien inhibitrice de toute prise de conscience des Béninois sur la situation réelle du pays.

La polémique, pour conclure. En effet, aucun chiffre de substitution n’a été opposé au fameux 5,4%. Seule indication, la réalité est largement inférieure à ce chiffre et le Bénin détiendrait l’un des taux les plus faibles aussi bien de la sous région que du continent. Une interpellation frontale de celui qui est charge des finances publiques depuis plus de deux ans déjà. Un duel qui sort enfin des spéculations pour se révéler au grand jour. Il serait étonnant que l’histoire s’achève sur la suspicion d’un gros mensonge sans que le mis en cause ou ses affidés ne répliquent.

2016 c’est déjà tout à l’heure…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1201-le-match-abt-gbian-a-commence.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?