Où sont passés les Djihadistes du Mali ???

lundi 5 août 2013 par Arimi Choubadé

Question à la diplomatie Hollande-Fabius. Du djihadisme à la démocratie, en l’espace de quelques mois seulement. Plus aucun mot sur les katiba, cellules dormantes, égorgeurs, preneurs d’otage, kamikazes, coupeurs de bras et autres horreurs ayant justifié le débarquement de la grande armée de France porteuse de progrès, de lumière, de civilisation dans un Azawad obscurantiste. L’histoire était écrite à l’avance. Les élections générales à marche forcée devraient servir de rampe de lancement d’une rhétorique rodée. Toute la propagande du Quai d’Orsay est revenue sur le pont dans la foulée du scrutin du 28 juillet 2013 : élections libres, transparentes, équitables, du jamais vu ! Le graal devait être décerné par les reporteurs de France-Rfi qui se sont tous littéralement donnés le mot : « un miracle ». Carrément ! Hollande n’avait-il pas été consacré « dernier saint », de Tombouctou, le 334ème, en février 2013 alors que les cratères creusets par ses bombardiers fumaient encore dans les montagnes de Ifoghas.

Tout avait été dit sur cette guerre-éclair de l’armée française et « alliées » dans le désert du Mali. Tout sur le premier soldat mort pour la libération de l’Afrique menacée à partir du sahel – le symbole fut attribué à la France au nom d’un certain lieutenant Damien Boiteux tué au front. Tous les détails sur les rapatriements en France de la demi-douzaine d’autres soldats de l’armée française sont disponibles sur internet. Sans oublier les dithyrambes autour de la bravoure des soldats tchadiens massivement tombés sur le champ de bataille. Contraste saisissant cependant entre cette volonté de communication et l’absence totale de bilan et de détails sur les dégâts infligés à l’ « ennemi ». Démentis et confirmations ne cessent de se succéder au sujet du décès de quelques barons supposés des groupes armés. En sus du cafouillage sur l’identité des djihadistes tués, leurs exterminateurs, la date, le lieu et les circonstances de leur extermination.

Hollande a tôt fait d’expliquer à qui voulait l’entendre que les djihadistes se seraient fondus dans la population et n’attendraient que la première occasion pour frapper. Menace qui ne s’est jamais manifestée durant tout le processus d’élections à marche forcée. Bien que ces fous de Dieu aient souvent été décrits comme des gens prêts au sacrifice suprême juste pour faire passer un message. Curieusement, il n’est arrivé à l’esprit d’aucun d’entre eux de jeter ne serait qu’une pierre sur un bureau de vote le jour du scrutin. C’est tout le manuel du parfait terroriste tel que édité par Hollande-Fabius qui perd son latin. Pour le moment, place à la célébration d’un scrutin consacrant la victoire de la France. Même si le second tour est prévu entre deux parfaits acteurs de la déliquescence de l’Etat malien avec les putschistes de Bamako en posture de grands électeurs.

Que dire de l’hymne officiel du Quai d’Orsay à propos du taux de participation estimé à plus de 50% : « une première depuis la création de l’Etat malien ». L’honnêteté intellectuelle aurait voulu que les officiels français disent plutôt : « une première depuis que nous avons créé l’Etat malien ». C’est bien le colon français qui a fabriqué de toutes pièces cet Etat qui ne parvient pas depuis 53 ans à faire participer au moins 50% des électeurs à une consultation. Néanmoins, plusieurs diplomates français ont l’excuse de ne rien connaitre sur le Mali en dehors de la lecture de dépêches faisant état de menaces islamistes et autres hérésies pouvant servir de prétexte à une diplomatie Hollande-Fabius dont le pathétisme n’est plus à démontrer et qui n’a que le Mali pour pavoiser sur la scène internationale.

Ça promet !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1218-ou-sont-passes-les-djihadistes-du.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?