Il était une fois un remaniement… après une « dissolution »… avant les municipales…

mercredi 14 août 2013 par Arimi Choubadé

Dégonflée, la grosse pression du week-end d’après Ramadan 2013 ; place au nouveau gouvernement ; moitié rénovation, moitié continuité. Des voix autorisées se sont déjà empressées de donner leurs appréciations sur la nouvelle équipe, les attentes, les espoirs, les déceptions, tutti quanti. En attendant que les experts ne s’entendent enfin sur les effets des 3 jours sans ministres suite au communiqué « dissolution » du secrétaire général du gouvernement. Peut-être même que tout cela n’aurait plus d’intérêt puisque désormais 26 Béninois ont retrouvé ou découvert, depuis le dimanche 11 aout 2013, des portefeuilles ministériels. Rideau donc sur 96 heures de psychose générale, de conjectures, d’angoisse, de supputations. La fin des passations de service suffit à rétablir la légendaire propension à l’amnésie collective des Béninois.

Demeure néanmoins, un tout petit aspect à ne pas négliger. Au-delà de tous les contours relevés par les différents analystes, c’est maintenant que personnellement je me convaincs de l’imminence des élections locales. Les Fcbe semblent enfin prêtes pour le scrutin municipal. Le rappel ou le maintien des principaux animaux politiques, supers rabatteurs d’électeurs comme Akè Natondé, Barthelemy Kassa, Isidore Gnonlonfoun, Eric Nda, Soumanou Djemba et consorts en dit long sur le sujet. Christian Sossouhounto ne figure pas dans cette liste à dessein puisse qu’il n’est pas Fcbe. La présence de ce dernier fait d’ailleurs apparaitre une manœuvre qui confirme davantage le cap mis sur les élections municipales. En effet, Sossouhounto est un élu municipal notamment du 6ème arrondissement de Cotonou. Or, ce n’est plus un secret que les Fcbe nourrissent de grosses ambitions sur la ville portuaire et certains ténors proclament vouloir l’arracher à la Rb, pourtant membre, elle aussi, de la majorité présidentielle dite plurielle. Les rappels à l’ordre du premier adjoint de Cotonou, ne semblent avoir eu aucun effet sur les velléités de ses alliés du moment.

Difficile donc de croire que la nomination de Isidore Gnonlonfoun dans ce gouvernement-là serait le fruit d’un pur hasard. Lui, le concurrent acharné de Sossouhounto dans le 6ème arrondissement de Cotonou dont ils sont tous deux des élus. La simultanéité de ces deux rivaux au sein du gouvernement et surtout leur proximité régionale donnent tout l’air d’un marquage strict à la culotte. De sorte que la nomination de l’élu Rb ne profite pas vraiment à sa formation politique dans son face-à-face avec les Fcbe aux prochaines joutes municipales. Avec le Prd en embuscade, le triangulaire dans cet arrondissement promet des étincelles. C’est donc un euphémisme que de prédire du rififi à venir dans la bataille pour le contrôle de l’hôtel de ville de Wologuèdèdè, probablement entre alliés de la majorité présidentielle plurielle.

A l’origine de la mise en congé de l’ensemble des ministres, il était question de lutte contre la pauvreté et le chômage massif des jeunes. Dans les faits, il est fort à craindre que l’agenda ne se transforme en un combat pour la conquête de l’électorat local avec en filigrane le grand défi de la révision de la constitution si chère au locataire de la Marina. Vu la crise sociopolitique larvée qui secoue le pays depuis quelques années, de nombreux citoyens auraient souhaité dire enfin à la nouvelle équipe : « au travail ! ». Ils pourraient patienter encore, le temps de voir passer l’orage sur les communes les plus convoitées. La collégialité pourrait vite s’éclipser au profit de la compétition interne.

A vos marques ! Prêts ! P…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1224-il-etait-une-fois-un-remaniement.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?