Yayi, coupable de ses opinions ???

vendredi 13 septembre 2013 par Arimi Choubadé

Coupable de vouloir de la réforme de la loi fondamentale. Coupable de son opinion voire de sa trop forte conviction. En principe, tout citoyen quel qu’il soit a le droit d’avoir ses opinions et les extérioriser avec toute la fougue possible. L’Etat de droit lui confère la liberté de s’exprimer sur tous les sujets de son choix et avec les arguments dont il dispose. Normal donc si le croyant estime que, grâce à la réforme constitutionnelle, le Bénin pourrait rapprocher davantage de la vertu voire du paradis. Le seul problème, c’est que cela émane du chef de l’Etat. Le délit de qualité, en somme ! Ou pire, le délit d’opinion ? Au nom duquel des puristes se refusent de retenir uniquement l’éventualité d’une entorse à la laïcité de l’Etat à travers les références religieuses chrétiennes de l’argumentaire présidentiel. Ils préfèrent plutôt y trouver des atteintes graves aux fondements de la République ; juste parce que le chef de l’Etat a exprimé son intime conviction.

Pourtant ils sont nombreux à se poser la question de savoir si Yayi veut vraiment aller à la révision de la constitution, du moins dans les faits. C’est vrai qu’un projet en la matière a été envoyé au bureau du parlement par son gouvernement depuis juin 2013. Notons qu’en 2012 déjà, un premier texte du même genre avait déjà séjourné au palais des gouverneurs de Porto-Novo mais avait été retiré par son expéditeur au bout de quelques semaines. En dehors donc de soumettre le projet à l’appréciation des députés et éventuellement de le défendre avec détermination lors de ses interventions, Yayi ne s’est distingué par aucune initiative d’envergure. Quelques zèles de marcheurs et autres courtisans s’autoproclamant révisionnistes sans oublier les chasseurs de galons et de promotion déchainés contre les activistes anti révisionnistes et autres porteurs de rouge du mercredi. Des bêtises de préfets et de quelques commissaires de police ignorant tout de leur mission républicaine.

Mais au delà, le révisionnisme n’a toujours pas atteint la vitesse de croisière déterminante qu’on pouvait redouter. En effet, voilà des mois que des magistrats, des députés, des experts juristes agitent le défaut de l’avis de la Cour suprême sans que cela ne suscite de réactions conséquentes de la part du pouvoir présumé révisionniste. Si Yayi était vraiment l’accroc de la révision tel que décrit par une certaine opinion, cela aurait dû occasionner un nouveau retrait du projet afin de se conformer à cette formalité constitutionnelle obligatoire, dans les meilleurs délais. A noter que ces manquements avaient déjà été décelés par la commission des lois du parlement, en plus du défaut de consensus, lors du premier séjour infructueux du projet de révision au palais des gouverneurs sans que cela ne soit corrigé avant renvoi.

Plus anecdotique de cette indolence des révisionnistes vis-à-vis du projet, c’est l’handicap majeur de l’absence d’une liste électorale fiable. Le Bénin est en quarantaine de toute sorte d’élection depuis le vote de la loi de correction de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Aucune élection n’est donc possible dans le pays tant que ce fichier ne subisse un assainissement approfondi. Or c’est acquis que le référendum (élection) est un passage obligé de la révision. Si un dessein révisionniste avait vraiment été fourbi quelque part dans les couloirs de la Marina, le Cos-Lépi ne souffrirait pas autant dans sa quête de fonds nécessaires à l’accomplissement de sa mission de doter enfin le pays d’une liste électorale crédible afin de briser la quarantaine ayant pris en otage les municipales depuis plusieurs mois déjà.

Pourquoi alors tant de passion autour d’un projet à tout point de vue "fictif" ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1237-yayi-coupable-de-ses-opinions.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?