Des noces ruineuses pour la mairie de Cotonou !!!

lundi 16 septembre 2013 par Arimi Choubadé

Plus de 3 milliards de la mairie de la ville bloqués dans les caisses du trésor public. Pendant que de milliers de prestataires se plaignent de factures en souffrance et de marchés non renouvelés. Des "Himalaya d’immondices" attendent d’être dégagés ; des routes défoncées manquent de projets d’aménagement ; des agents municipaux réclament en vain l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail ; des bouchons se multiplient aux principaux carrefours faute de feux tricolores fonctionnels. Parce que Cotonou ne parvient pas à entrer en possession du tiers de ses recettes afin de faire face à l’exécution de son programme.

Le problème, c’est que le contrôle d’une municipalité, au Beni, reste une affaire hautement politique, depuis l’avènement de la décentralisation en 2003. Cela a amené la Renaissance du Bénin a installé à Wologuèdè son président charismatique auréolé de ses prouesses exceptionnelles et inégalées à la tête du pays entre 1990 et 1996. Des débuts municipaux caractérisés par la posture d’opposant des occupants de l’hôtel de ville. Ce qui faisait dire à certains donneurs de leçons que Nicéphore Soglo devrait faire "l’âne pour avoir le foin" en évitant de se montrer trop frontal vis-à-vis pouvoir central. Pour voir la ville portuaire se transformer en une île de propreté, de sécurité, de jouissance et de plaisir, il faillait filer le parfait amour avec la Marina. C’est pourquoi, lors de l’annonce des noces entre la Rb et la majorité déclarée vainqueur des K.O électoraux, beaucoup voyait déjà la capitale économique devenir un eldorado. Au bout de deux de ménage, la Rb, même si elle n’est pas encore à un bilan de son engagement aux côtés de Yayi, s’aperçoit que la principale ville qu’elle contrôle est plus sale, plus polluée, plus inondée, plus pauvre que jamais. En plus de voir la gestion de ces principaux marchés (Dantokpa, Gbogbanou) lui échapper et de faire définitivement le deuil des taxes de la voirie à l’instar des autres communes du pays, Cotonou doit subir une confiscation d’une partie de ses ressources propres (près du tiers). Pendant ce temps les prétendus alliés au conseil municipal ne se cachent plus pour mener une guérilla ouverte contre l’équipe en place. Quand ce n’est le gouvernement lui-même qui suspect l’hôtel de ville de malversations à propos des fameux fonds Fadec.

La situation à la mairie de Cotonou se résume à, à peu près, ceci : les "amis" se font les plus dénonciateurs de la gestion du conseil municipal pendant que gouvernement (lui aussi ami) fait main basse sur les ressources de la ville. Malgré leur loyauté, les Houézèhouè ne parviennent à obtenir ni le déblocage de leurs ressources par le gouvernement ni le soutien de leurs alliés du conseil municipal. En plus d’affronter le courroux des citoyens voire des agents municipaux de plus en plus exigeants. On imagine l’ambiance lors des joutes municipales imminentes : une Rb pratiquement sans alliés désintéressés devant défendre ses positions aussi bien contre la mouvance, l’opposition que d’éventuels troublions.

À l’avènement de la "main tendue", beaucoup de Cotonois avaient espéré voir leur cité ployer sous les générosités concertées du pouvoir central et du pouvoir municipal. En effet, à une époque antérieure à la main tendue, on notait une concurrence directe sur le terrain entre le conseil municipal et le gouvernement. Le maire se plaignait régulièrement d’un interventionnisme pernicieux de certains ministres voire du chef de l’Etat sur son territoire, à son insu. Le constat à présent est que l’Etat central se fait subitement très distrait tout en privant la mairie de ses propres maigres moyens. Voilà que Soglo et son conseil se refusent d’accepter de se faire ruiner par un conjoint très peu solidaire voire "suspect".

Pour le pire sans le meilleur....

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1238-des-noces-ruineuses-pour-la-mairie.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?