Des larmes pour Quenum ???

vendredi 20 septembre 2013 par Arimi Choubadé

Un grand rassemblement de dockers, de paysans, de délaissés, de chômeurs pour consoler l’honorable Epiphane Quenum, le samedi 21 septembre 2013 au palais des congrès de Cotonou. Tous à la rescousse du traumatisé des Soglo. A travers le « grand » parti annoncé, né avec son tissu imprimé, flanqué de l’effigie de son emblème ; textes fondamentaux déjà finalisés ; campagne médiatique à l’américaine ; mobilisation exceptionnelle. Le tout, au lendemain de l’exhibition d’une partie de la lettre reçue de la « méchante » présidente fondatrice de la Renaissance du Bénin. Si le parti à naitre n’était pas un regroupement des pauvres comme l’a proclamé son promoteur peut-être que les adhérents se rendraient au congrès en limousine, en hélicoptère ou en jet privé pour ceux qui viendraient de l’extérieur du pays. Tout le monde retient son souffle à avènement parce du parti du peuple, moderne, transparent et équitable dans sa gestion, où les « marmites sont invités à table » après avoir servi à la cuisine.

Rappelons que le fameux traumatisme a coûté à l’ami Quenum trois mandats de député à l’Assemblée nationale, deux fois élus président de la Commission du plan du parlement consécutivement, président de la Commission permanente de supervision de la Lépi (Cps/Lépi) durant 4 années. Lui-même revendique avoir géré près de 32 milliards ; ce qui aurait déclenché la jalousie de Léhady Soglo. À tout cela s’ajoute un autre traumatisme, celui des dizaines de missions à l’extérieur et à l’intérieur du pays avec tous les avantages y afférents. J’oubliais le mandat de conseiller municipal voire de Chef d’un arrondissement de Cotonou géré par procuration. C’est de tout cela que veut être consolé le tout nouveau démissionnaire de la Rb. Au passage, il aurait également souffert d’avoir participé aux campagnes électorales successives des Houézèhouès bien que lui-même ait été candidat élu sur les différentes listes proposées par le parti. Sacré Epiphane !

Il est à espérer que dans la salle du palais des congrès, ce 21 septembre-là, tous les pleurs ne soient consacrés, exclusivement, au calvaire « doré » de Quenum chez les Soglo. Que soient consacrées également quelques larmes à ces milliers de militants anonymes qui, depuis plus de 20 ans sacrifient leurs suffrages pour les listes Rb (Quenum compris) sans rien espérer en retour ; à tous ces pauvres hères qui n’ont jamais mis pied sur le tarmac de l’aéroport de Cotonou et dont les noms n’ont jamais figuré sur des listes d’émargement au palais des gouverneurs, à la mairie de Cotonou ou à des séminaires et foras nationaux ou internationaux. A peine s’ils n’ont pas rouler dans la poussière ou sous les dards infernaux du soleil dans l’espoir de grappiller quelques oboles en forme de jetons de présence à l’occasion de meetings ou de marches.

Les mélodrames se suivent dans les partis politique au Bénin et se ressemblent sans que personne ne prenne la moindre initiative pour y remédier, en dehors de la timide tentative de la quatrième législature (1999-2003). A l’époque une loi votée par le parlement interdisait toute démission d’un député en cours de législature sous peine de se voir déchu de son mandat. Une disposition qui n’est jamais entrée en vigueur puisque invalidée par la Cour constitutionnelle au motif qu’un député est élu du peuple et non de son parti. Ailleurs, le législateur s’est rabattu sur le financement public des partis pour insérer plus de transparence, de rigueur dans la vie des partis. Mais les Béninois croient fermement qu’ils n’en sont pas capables. Le sous développement mental et intellectuel, paraît-il !

La machine à fabriquer des dizaines d’Epiphane Quenum à chaque saison est en marche…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1240-des-larmes-pour-quenum.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?