La Lépi, ou le crime vraiment parfait...

lundi 14 octobre 2013 par Arimi Choubadé

Lancinant, récurrent, incontournable, le sujet du fichier électoral ne dégonfle plus. Actualité hier, actualité aujourd’hui, actualité certainement pour longtemps encore. Pourrie pour les uns, bâclée pour les autres, invisible, inexistante pour certains. En tout cas, plusieurs milliers voire millions d’électeurs potentiels on été privés de leur droit de vote à cause de cette Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Mais là n’est pas le plus grave. Le Bénin, laboratoire de la démocratie, berceau des conférences nationales et des transitions pacifiques en Afrique se retrouve dans l’incapacité d’organiser le moindre scrutin national quelques mois seulement après les K.O. électoraux de 2011. Un mandat d’élus municipaux et locaux est arrivé à expiration depuis plusieurs mois sans qu’on ne puisse le renouveler. Sans qu’on ne sache surtout à qui incombe la faute du blocage.

Eh oui. Le Bénin a déboursé plus d’une quarantaine de milliards dans un fichier électoral inutilisable sans que personne ne soit coupable de ce gâchis. Impossibilité de désigner un responsable de l’impasse. Ce n’est pas l’architecture en chef du monstre c’est-à-dire le duo Quenum-Bako (les deux présidents de la Cps/Lépi). Encore moins la faute du courant politique ayant servi de fer de lance au processus à savoir les Fcbe, chantres indéfectibles, à l’époque, de la poursuite de la réalisation du tristement célèbre fichier électoral. Même les témoins privilégies de cette horreur sont en train de prendre le large un à un ; la dernière à partir c’est Françoise Collet, la représente résidente de l’Union Européenne. À la suite de Nardos Bék̀élé- Thomas, représentante résidente du Pnud qui dans un passé très récent nous disait que la démocratie béninoise atteindrait ses lettres de noblesse grâce à l’exclusion de près de 1,2 millions d’électeurs potentiels de la liste électorale. Mais avant tous, ce fut le départ de l’ambassadeur de France au Bénin, Hervé Besancenot, autre grand défenseur de cette Lépi.

On reprochait à la Lépi d’avoir privé un peu plus d’un millions de Béninois du droit de vote en 2011. En 2013, c’est l’ensemble de tous les électeurs béninois qui sont privés du droit de voter pour le renouvèlement de leurs conseils municipaux. Si la principale victime de l’heure n’est que les municipales en 2013, il pourrait arriver les mêmes tourments aux législatives en 2015 voire aux présidentielles de 2016. Et personne ne sait ce qu’il adviendrait du projet de la révision constitutionnelle si cher au chef de l’Etat au cas où il faudrait aller à un référendum pour trancher le débat. Visiblement, les municipales semblent tenir toutes les autres élections en l’état. On voit donc mal le Bénin tenir d’autres élections sans avoir réglé le renouvellement du conseil municipal.

En définitive, personne n’est coupable des déconvenues du fichier électoral. S’il n’y a pas élection, ce n’est la faute de personne. Pas du gouvernement, ni du parlement, encore moins des autres institutions de la République. Le parlement s’est d’ailleurs donné bonne conscience en faisant sauter le verrou du délai légal. Désormais, les maires peuvent rester en place jusqu’à l’organisation du prochain scrutin. Il est presque sûr que dans certains cercles se mène déjà le débat sur la possibilité de faire pareil pour les autres mandats électifs tels que celui des députés et du chef de l’Etat. Une esquisse de ces rallonges sans limite a été déjà observée en 2011 lorsque la Cour constitutionnelle a fait voler en éclat le délai d’organisation du premier tour de la présidentielle. Dans la foulée, la mandature parlementaire qui s’est achevée en avril 2011 n’a été renouvelée qu’en juin de la même année laissant l’institution dans un vide juridique de près de 2 mois. Tout est donc possible.

Surtout que personne n’est coupable...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1253-la-lepi-ou-le-crime-vraiment.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?