De la démocratie sans parti à la démocratie sans élections...

mercredi 6 novembre 2013 par Arimi Choubadé

Plus aucun parti en mesure de former un groupe parlementaire (9 députés seulement sur 83), de façon autonome. Seuls deux en étaient potentiellement capables le Prd et la Rb au sortir des K.O électoraux de 2011. L’Un n’étant pas un parti et ne sachant pas encore quand elle le deviendrait à l’instar de Fcbe, d’ailleurs. Depuis quelques mois, les Tchoco-Tchoco ont dû faire un tour dans le shopping hétéroclite de l’hémicycle afin de récupérer un ancien allié unioniste après les entourloupettes de Ataou Hinnouho. La Rb, quant à elle, en est encore à panser les plaies ouvertes par le départ de trois de ses élus parlementaires. La fièvre révisionniste semble être passée par là. Mis à part ces deux mastodontes en dégraissage continu, impossible de trouver, au sein de l’hémicycle, 4 députés se réclamant tous d’un même parti d’origine. Au berceau de la conférence nationale, la démocratie se fait pratiquement sans les partis politiques. Et peut-être bientôt sans élections.

Pour connaitre la date d’un prochain retour des Béninois au vote il va falloir consulter le fâ ou les diseurs de bonnes aventures. Pendant qu’aux États-Unis le citoyen sait qu’il doit renouveler partiellement le Sénat et le Congrès tous les premiers mardis de novembre chaque 2 ans, chaque 4 ans pour élire le locataire de la Maison Blanche. La mise en quarantaine des Béninois vis-à-vis des urnes tient d’une incroyable alchimie juridico-politique, œuvre des sages de la Cour constitutionnelle, auteurs de la sacralisation d’un fichier électoral non disponible du moins inutilisable, avec la bénédiction des partenaires techniques et financiers. Passons sous silence la béatification de cette tristement célèbre Lepi par le clergé catholique au plus fort de la fronde de la majorité parlementaire désireuse de supprimer le processus pour défaut de consensus en 2010. Avec tant de soutien, ce fichier était promis pour être la liste électorale la plus moderne au monde selon ses protecteurs complices.

Gouvernement, Assemblée nationale, Cour constitutionnelle, Clergé, Société dite civile, tous ensemble pour plonger tout le pays dans cette impasse. Traduction de la grande faiblesse de toutes les institutions, sans exception. Et le chef de l’Etat de renchérir dans une de ses interviews les plus mémorables en août 2012 : "toutes les institutions sont mouillées". Un constat qui rejoint, bien évidemment, celui fait dès le début de cette chronique à savoir l’extinction progressive des partis politiques. Pourtant, l’ordre chronologique au sein de la constitution place le parti politique comme première institution dès son article 5. Si les institutions se portent donc aussi maĺ c’est tout simplement parce les partis où elles recrutent l’essentiel de leurs animateurs sont en agonie. Mais au pays de l’amnésie légalisée (lois d’amnistie en cascade), de l’hypocrisie généralisée et du crétinisme ambiant, le renforcement des partis à travers une législation conséquente sur leur financement demeure du fétichisme.

Pourquoi organiser alors des élections s’il n’y a pas de parti politique. Sous le régime de la révolution, il existait au moins un parti fort et influent, le seul, l’unique, le Prpb, au sein duquel se déclinent toutes les ambitions et prétentions. Les révolutionnaires mettaient un point d’honneur à tenir des scrutins régulièrement, à bonne date, même si les résultats étaient connus d’avance. Mais dans le système actuel où le parti est relégué au rôle de faire valoir, on se demande bien à quoi servirait des élections. La prolongation illimitée des mandats des élus locaux en dit long sur cette problématique. Beaucoup de citoyens supputent d’ailleurs déjà sur le maintien du blocage jusqu’aux législatives de 2015 puis à la présidentielle de 2016. Ceci d’autant plus que les correcteurs du maudit fichier ne font que s’éloigner, chaque jour davantage, de l’aboutissement de leur mission, face aux difficultés de tous ordres qui se dressent sur leur chemin.

S’il n’y a plus de partis, pourquoi voter ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1262-de-la-democratie-sans-parti-a-la.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?