Se méfier des partisans de la "nouvelle conférence nationale" ???

jeudi 7 novembre 2013 par Arimi Choubadé

Ils n’ont visiblement rien retenu de la réponse du chef de l’Etat lors de sa désormais célèbre interview du 1er août 2012. En effet, selon Yayi, lui demander de transférer la souveraineté et la légitimité du pouvoir à un forum dit national n’est rien d’autre qu’un coup d’Etat. Ceci en réponse à une clameur de plus en plus récurrente et insistante au sujet de la tenue d’une "nouvelle conférence nationale". Comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement puisque la souveraineté, la légitimité et la légalité républicaines sont, en réalité, détenues par la constitution et non pas par un homme, fut-il élu ? Yayi ne peut transférer ses pouvoirs à une assemblée souveraine sans qu’au préalable la construction ne soit suspendue. Or, la loi fondamentale a prévu beaucoup de scénarios y compris sa propre révision mais elle reste muette sur toute éventuelle suspension au profit d’un prétendu dialogue national.

Sans douter de la bonne foi des partisans d’un dialogue national, on peut néanmoins se poser la question de savoir s’ils mesurent eux-mêmes les conséquences de leur vœu. En effet, la perspective d’un nouveau départ peut servir de prétexte aux faucons du régime pour ne pas permettre la correction de la Lepi donc pour qu’aucune élection ne puisse avoir lieu avant la fin du mandat présidentiel en 2016. Ainsi, les demandeurs de la "nouvelle conférence nationale" pourraient avoir de la matière à débattre. Transition, gouvernement d’union nationale, nouvelle constitution, nouvelles institutions etc... Ils voulaient des assises nationales, ils en auront. Un peu comme ils avaient réclamer la Lepi au point de marcher sur le parlement pour obtenir, en fin de compte, un fichier totalement pourri et inutilisable. Voilà les mêmes qui scandent actuellement : "nouvelle conférence nationale". Ils n’ont pas retenu la leçon.

Savent-il par ailleurs que assise nationale souveraine veut dire qu’il n’y a plus de gouvernement, plus de parlement, plus de cour constitutionnelle et plus de justice ? Pour se faire, il faut que le chef de l’Etat démission, que les 83 députés fassent de même ainsi que les membres de la Cour constitutionnelle et peut-être tous les magistrats. À partir de là, les décisions de la fameuse rencontre s’imposeraient à tous et deviendraient immédiatement exécutoires. Si ce n’est un putsch, dites à quoi cela ressemble ! Alors que c’était plus simple de ne pas ouvrir la boîte de Pandore en se contentant de faire le ménage au sein des partis politiques grâce à une législation sur leur financement. Aux partis ainsi aseptisés d’entretenir le dialogue permanent meilleur qu’une conférence ponctuelle, temporaire et circonstancielle.

En 1989, le parti unique, le Prpb qui conférait la légitimité à toutes les autres instructions s’était vu saborder par sa propre direction. Dès lors que le parti ne dirigeait plus l’Etat, toute la charpente institutionnelle était ainsi devenue caduque. En plus des 600 milliards de dettes du trésor public, de la faillite de l’Etat en cessation de paiement, de la fermeture de toutes les banques, de la cessation de paiement des salaires depuis plusieurs mois aux fonctionnaires, de la fermeture des écoles et du débrayage généralisé au sein de l’administration publique. Un coup d’Etat n’était plus nécessaire puisque l’Etat n’existait presque plus. En 2011, Yayi a été proclamé élu président de la République pour un mandat de 5 ans par les instances constitutionnelles habilités à le faire, les banques fonctionnent, les salaires sont régulièrement payés aux fonctionnaires, la croissance économique est positive (5,4%). À moins d’une assise aux recommandations facultatives à l’image des conclusions du forum sur le partenariat public-privé en sommeil dans les tiroirs du gouvernement depuis des mois.

Peut-être ne se rendent-ils pas compte de ce qu’ils disent ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1264-se-mefier-des-partisans-de-la.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?