Les assises ou les élections ???

vendredi 24 janvier 2014 par Arimi Choubadé

Question à Roger Ahoyo (Union fait la nation) et à Antoine Détchénou (Conscience Citoyenne). Obsédés par l’organisation d’assises dites nationales sans qu’on ne connaisse ni la date ni la durée ni le casting encore moins l’ordre du jour. Tout ce qu’on sait c’est que des assises seraient en préparation, sans Yayi Boni et peut-être en association avec les dissidents de son camp. Sur le modèle sénégalais paraît-il. J’aimerais leur rappeler que les assises sénégalaises avaient débouché sur 17 morts et des dégâts matériels considérables rien que pour contester la candidature de Abdoulaye Wade, sans succès. À espérer que si ce scénario venait à être dupliqué au Bénin, les organisateurs des assises béninoises se proposeraient d’être les premiers martyrs.

Peut-être ne le savent-ils pas, Macky Sal, qui devrait gagner les présidentielles par la suite, n’avait pas participé physiquement aux débats même s’il se disait solidaire. Lui, avait plutôt accorder plus de prix à la compétition électorale. Pendant que les autres discouraient à Dakar sur la politologie et l’idéologie, le futur vainqueur des élections sillonnaient les villes et les campagnes à la rencontre des électeurs. Aux assises sénégalaise, le seul acquis fut l’unanimité contre Wade. Les participants n’ont même pas pu dégager une candidature unique, se contentant de promettre se regrouper tous ensemble derrière l’un des leurs qui se retrouverait face Wade au second tour. Heureusement qu’il n’y avait pas eu de K.O là-bas dès le premier tour parce qu’ils avaient pris soin de se doter, au préalable, d’un fichier électoral consensuel. La bonne affaire a finalement été réalisée par celui qui a vu ces assises de très loin, au milieu des électeurs.

Au Bénin, par contre, l’organisation des élections municipales est en retard de près d’un an pendant les législatives de 2015 se rapprochent à grands pas sans qu’on ne sache si le fichier serait disponible avant cette échéance et celle de 2016 pour les présidentielles. Étonnant donc que les énergies soient exclusivement déployées sur l’organisation de palabres incertains. Alors que la structure en charge de la correction de la fameuse liste électorale manque de perspective, de ressources et d’accompagnement politique. Les principaux ténors de cette affaire à savoir Ahoyo et Détchénou ont, peut-être, l’excuse de n’espérer aucune légitimité électorale. Ce qui n’est pas le cas des acteurs politiques engagés sur cette voix au lieu d’exhorter à la croisade pour le retour aux urnes des citoyens.

Les opposants sénégalais, échaudés par le K.O électoral de Wade en 2005 (l’un des premiers en Afrique noire francophone), ont pris la précaution d’apurer d’abord le fichier des électeurs et de s’assurer de la tenue des élections à bonne date avant de se lancer dans des polémiques sur l’alternance. En cela, ils ont compris que la légitimité ne s’acquiert que par les urnes et non par des débats entre amis. Que demander de plus actuellement pour le Bénin que l’assurance de la tenue effective et à "bonne date" des scrutins à venir, en toute transparence ? Ce qui est loin d’être gagné. À moins que les participants aux assises ne soient en mesure de nous sortir la formule magique pouvant amener les Béninois aux urnes, dans les plus brefs délais, sans écueils institutionnels et ou financiers.

Encore une fois, les assises ou les élections ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1279-les-assises-ou-les-elections.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?