Un seul "convoqué" aux états généraux de la presse ???

lundi 24 février 2014 par Arimi Choubadé

300 délégués ; tous désignés dans les règles de l’art pour représenter les tristement célèbres associations des professionnels des médias (Upmb et Cnpa) ainsi que l’Observatoire de l’éthique et de la déontologie dans les médias (Odem). Des gens qui auraient donc reçu des mandats clairs de leurs structures d’origine respectives, paraît-il. Ce qui suppose au préalable des débats internes au sein des creusets en question avant la désignation aussi bien des représentants et surtout l’adoption les contributions intellectuelles dont ils sont porteurs à verser au jamboree tenu du 19 au 21 février 2014 à Cotonou. C’est du moins, ce qu’on retient de la version de la propagande d’après forum destinée à démontrer la science, la technique, la conscience, l’engagement voire le sacrifice ayant prévalu aussi bien lors de la préparation que du déroulé des travaux. Chapeaux messieurs !

Un grain de sable cependant en ce qui concerne le "convoqué" et non le "délégué" Arimi Choubadé. Lui ne milite ni dans l’Upmb ni dans le Cnpa et ne siège pas non plus dans l’auguste assemblée de l’Odem. Comment s’était-il alors retrouvé avec un badge, un kit de participant, des tickets de restaurant, et son nom inscrit sur une liste d’émargement ? Il n’y était pas, en tant que journaliste, pour représenter le Synapromeb, encore moins, en tant que patron d’organe, représentant le Patronat national de la presse du Bénin (Pnbp) dont le président-fondateur n’est rien d’autre que le truculent Aboubakar Takou, rayé des tablettes de la presse depuis plus deux ans. Il était donc délégué de rien du tout et représentait de lui-même, juste pour le casting et la bonne conscience. Seul au milieu de 299 autres confrères au statut totalement différent ? Je préfère ne parler que de mon seul cas.

Surtout ne reprochez pas aux organisateurs de ne pas avoir le sens de la démocratie c’est-à-dire de la "dictature du nombre", du diktat de la majorité. On n’imagine le sort des élucubrations du seul " convoqué" face au déluge d’approbations de délégués prompts à faire régner aussi longtemps que possible la secte d’où ils détiennent leur légitimité de participant. En présentant Arimi comme un cas singulier, les laudateurs de ce forum-pour-rien ont trouvé l’occasion de réduire cette "autre voix" en une sorte de paria marginal, jaloux de la rente de 350 millions du contribuable béninois destinée à permettre à la secte régente de la presse de poursuivre sa besogne. Sûrs qu’ils sont que très peu de participants oseraient décrier les conditions d’organisation et de déroulement des états généraux sans risquer de se faire ostraciser à travers les mécanismes obscurs de redistribution de la rente.

Concédons aux différents acteurs de la grande messe leur réclame de reconnaissance pour l’abnégation, la détermination et le courage dont ils auraient fait preuve en se contentant des 80 millions (seulement) offerts par le gouvernement Yayi. Cependant, grâce à la perspicacité agaçante de notre confrère Ricardo Loïc de radio Océan, les Béninois ont su, lors de l’émission "Cartes sur Table" du dimanche 22 février 2014, que le bénévolat du comité d’organisation a été contenu à un plafond qui n’aurait pas atteint 500.000 CFA par individu. Inutile d’aller farfouiller dans les factures de restauration et d’hôtellerie pour ne pas être affublé de fouille-merde en plus d’être le rebelle et le renégat de service. Après tout, ce ne sont que 80 millions. Les états généraux de l’autre décennie n’avaient-ils pas été, de loin, beaucoup plus généreux ?

Vive la presse béninoise et son monolithisme syndical et associatif !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1288-un-seul-convoque-aux-etats.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?