Yayi a serré les mains à Amoussou et à Rosine…

mercredi 12 mars 2014 par Arimi Choubadé

Ils n’ont pourtant jamais été des belligérants de guerre. Certains voient d’ailleurs entre la famille Soglo et Yayi Boni des liens assez ténus pour que le chef de l’Etat ne puisse pas se permettre le luxe de manquer aux festivités de la célébration du 80ème anniversaire de maman Rosine. Point n’est besoin de rappeler que la Renaissance du Bénin fondée par une certaine Rosine Soglo demeure membre de la majorité plurielle jusqu’aux nouvelles secousses. Amoussou quant à lui fut un allié politique du Changement dès 2006 avant de devenir au fil des conjonctures politiques un opposant radicalisé. Mais dans un cas comme dans l’autre, les poignées de mains n’étaient ni inédites ni anecdotiques. Dans un pays comme le Bénin où les anciens chefs d’Etat meurent de mort naturelle, tout le monde peut rendre visite à tout le monde, et tout le monde peut serrer la main de tout le monde.

Tant mieux si l’événement permet de faire espérer des millions de Béninois tétanisés par une crise socio politique persistante. Une certaine opinion voudrait se satisfaire du constat qu’il subsiste encore un brin de galanterie et de civilisation dans cet univers des animateurs de la vie publique. Même si le contexte recommande que la décrispation ait plutôt lieu avec les centrales syndicales en grève dans les secteurs aussi vitaux que l’enseignement, la santé, les finances publiques et l’administration de plusieurs ministères. Mais, le docteur-président a préféré différer la pacification de la fronde sociale. Chaque chose en son temps. Il parait que l’urgence c’est le témoignage de compassion au président ivoirien Allassane Dramane Ouatarra de retour d’une opération chirurgicale en France. Ce n’est qu’après ce périple abidjanais seulement que la rencontre prévue et avortée avec les syndicalistes pourrait avoir lieu. Le dialogue ce n’est peut-être pas seulement national ; il est aussi régional.

Néanmoins, la démarche envers Amoussou et Rosine pourrait effectivement tourner au psychodrame si l’affaire devrait en rester là. Il s’agit bien de deux fortes personnalités politiques surtout parlementaires de premier plan. Un chef d’Etat ne saurait gaspiller une telle offensive sans qu’en dessus ne pointe un projet législatif d’intérêt national. Surtout après avoir publiquement reconnu que le Bénin est victime de sa « médiocre » classe politique. L’opportunité qu’il s’est offerte de prendre langue avec des caciques de cette envergure devrait servir à nettoyer l’écurie. Ne serait-ce que l’amélioration de la législation sur le financement des partis politiques par exemple. En effet, ce n’est pas avec des partis aux financements opaques et occultes comme c’est la règle actuellement au Bénin qu’on peut espérer la fin de la médiocrité, de la pauvreté voire de la dangerosité du discours politique.

La pacification du paysage social et politique ne peut se limiter au sauvetage in extremis de l’année scolaire et universitaire et la restitution des sommes défalquer des salaires pour faits de grève. Le crime de laisser la classe politique végéter dans la corruption, l’incompétence et la médiocrité alors qu’il lui revient de solutionner les grands défis de la nation. Le statut quo actuel fait la promotion des fonctionnaires kleptomanes, prédateurs des deniers publics dont ils ont la gestion. Des deniers publics engloutis en toute impunité dans les meetings de remerciement, les marches de soutien, l’électorat rentier. Au détriment de la construction d’infrastructures sociocommunautaires. Une démocratie où le citoyen a perdu tout droit d’exiger des comptes à son élu parce que personne ne sait d’où vient l’argent de la campagne électorale et de l’achat des électeurs.

On continue les poignées de main ou on passe à la législation ????

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1296-yayi-a-serre-les-mains-a-amoussou.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?