Quand les bases démasquent leurs généraux…

vendredi 21 mars 2014 par Arimi Choubadé

Ambiance nauséeuse à la bourse du travail. Des généraux suspects face à une base en cocotte-minute, prête à s’exploser à tout moment. Dire que, pour une rare fois, le front syndical affichait une cohésion et une unité à rude épreuve. Mais surtout une rationalité dans le discours qu’on ne connaissait pas souvent en ce milieu. La bastonnade sauvage cosignée par le préfet de l’Atlantique-Littoral, Placide Azandé et le commissaire central de la ville de Cotonou, Pierre Agossadou avait permis de lancer une fronde sociale mémorable, d’une ampleur presque jamais atteinte ; une mobilisation à la base inédite. A travers comités de suivis innervant toutes les communes et des structures de veille à l’échelle de chacun des 12 départements, les travailleurs et surtout les enseignants se sont appropriés les revendications, les préalables et les mots d’ordre de grève dans une ferveur sans cesse renouvelée sur l’ensemble du territoire national.

Même les concessions arrachées à dose homéopathique au gouvernement à savoir la rétrocession des salaires défalqués en 2014, le retrait de l’arrêté préfectoral de la bêtise, la rétrocession des salaires défalqués en 2012, la promesse d’acceptation du paiement des 25% d’augmentation pour les enseignants n’ont pas réussi à faire desserrer l’étau. Ne parlons pas des menaces de nouvelles défalcations, les violentes attaques des ministres et autres auxiliaires de la refondation, le black-out de la télévision nationale, tout cela sur fond d’intimidations en tout genre de la part de responsables administratifs départementaux. Rien ne parvenait à faire détourner les grévistes de la réclame du relèvement de leurs postes respectifs des deux prédateurs libertaires du 27 décembre 2013. La nouveauté cette fois-ci, c’est que le commandement réel a quitté la bourse du travail et s’est installé progressivement dans les assemblées générales presque quotidiennes tenues un peu partout sur le territoire national. Internet, Sms et téléphone avaient mis l’ensemble du mouvement en mode automatique.

J’étais le premier à m’en émouvoir en me référant aux nombreux combats abandonnés en plein milieu du gué sans que personne ne puisse en donner des explications cartésiennes. Les mouvements et actions syndicales voire politiques déclenchées à brûle-pourpoint puis suspendus sans obtention d’un aboutissement et sans que les travailleurs à la base n’y comprennent grand-chose sont légion. L’opinion n’a certainement pas oublié les approximations et les voltes-faces à propos de combats contre la réalisation d’une Lépi bâclée en 2009-2010-2011 ; les procédures à polémiques autour de la mort de Urbain Dangnivo ; le mercredi rouge qui s’est essoufflé dès l’adhésion des gars de la bourse du travail ; sort identique au front citoyen après l’intrusion des même responsables syndicaux.

Il n’a d’ailleurs échappé à personne de constater l’embrouillamini dans les rangs des « généraux » à la suite de la levée de motion en catimini du Front des trois ordres d’enseignement, du moins la tendance briseur de grève. Une tendance qui a fait la réputation de ce groupement spécialisé dans le placement des cadres sur fond de traitrise et d’entourloupes. Rappelons que la plupart des précédents porte-paroles du front des trois ordres d’enseignements sont passés du syndicalisme à des postes de responsabilité dans les cabinets ministériels ou des directions « juteuses ». Le plus troublant c’est l’attitude de certains secrétaires généraux de centrales. On croit rêver en entendant l’un d’entre eux prétexter son attachement à la démocratie pour tolérer une levée de motion pourtant teintée de dol et de roublardise. D’autres ont préféré se murer dans un silence éloquent. Que dire du toupet des briseurs de grève qui ont osé proférer l’anathème sur le mouvement à partir de l’antre même de la grève, la bourse du travail, fortement relayée par la télévision nationale ?

Les bases veillaient au grain….

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1302-quand-les-bases-demasquent-leurs.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?