Délestage et émergence-refondation : les inséparables...

lundi 24 mars 2014 par Arimi Choubadé

Pas un jour sans délestage. Slogan indissociable de la marche de l’émergence-refondation en se référant aux nuits noires qui se suivent dans toutes les villes du Bénin depuis plusieurs années. Toute l’histoire du changement-émergence-refondation n’est que coupures intempestives de courant électrique, ruptures prolongées de la fourniture d’eau potable aux ménages, factures fantaisistes, longues files d’attente aux guichets de paiement des factures d’eau et d’électricité, et tout le reste. A la décharge du docteur-président que ces séquences douloureuses pour les populations ne sont pas une invention de son régime. Les Béninois avaient déjà découvert les affres de ce drame du délestage dès 1998 avant une légère amélioration au bout de quelques années. C’était donc dans cette incertitude qu’intervient le « ça va changer », « ça doit changer ».

En 2006, dès les premières heures de son avènement au pouvoir, le docteur-président s’est fait applaudir à tout rompre par tous les ménages, même par ceux de ses rares opposants de l’époque à la suite d’une mémorable interpellation de la Directrice générale de la Sbee devant les caméras. Le chef de l’Etat sommait son interlocutrice de dire aux populations pourquoi le consommateur devrait payer chaque mois presque le montant qu’il payait pendant que la facture était bimensuelle. Elle fut invitée par la même occasion à établir un échéancier strict visant à juguler durablement les coupures intempestives de courant. Le gouvernement annonça, dans la foulée, un appui financier considérable de plus d’une douzaine de milliards afin d’apurer les dettes de la Sbee auprès de son fournisseur la Ceb. L’applaudimètre a atteint son paroxysme quelques semaines après ses efforts financiers lorsque le conseil des ministres a annoncé avoir découvert des malversations à la Sbee et épinglé clairement la Directrice générale et son adjoint. Enfin connaitre la lumière du changement, estimait-on.

Les Béninois étaient loin de s’imaginer que commençait, en réalité, pour eux, en ce moment-là, une longue nuit, une nuit noire, encore vivace moins de deux ans avant la fin d’un second mandat soit plus de 8 ans durant. En effet, moins d’un an après avoir été informés par le conseil des ministres que leur malheur en matière de fourniture d’énergie électrique venait du fait que la société distributrice était mal gérée, les Béninois constatent les positionnements de la Dg/Sbee et son adjoint, fautifs présumés, sur la liste électorale soutenue et défendue par le chef de l’Etat en personne. Alors qu’on s’attendait à un nettoyage de l’écurie afin que les citoyens puissent avoir aussi bien de la lumière dans leurs ménages mais également de la lumière sur la manière dont sont gérés leurs impôts. Mais en lieu et place, ils ont eu droit à l’organisation de l’impunité pour des gens désormais couverts par l’immunité parlementaire alors que pesaient sur eux des soupçons de mauvaise gouvernance. Naturellement, le versant de cette option est une recrudescence du délestage.

La longue nuit noire encore en cours, s’est, ensuite, nourri d’annonces fortes, de dilapidation de ressources publiques, d’éléphants blancs et d’éléphants invisibles. Une quarantaine de milliards pour une centrale à Maria Gléta sans résultats tangibles en dehors de quelques soufflets explosifs pour perturber la quiétude des riverains. Puis, le projet séculaire de barrage d’Adjaralla qui tombe dans les oubliettes pour donner naissance à un autre projet, pour le moment imaginaire, de barrage vers Kétou par la Turquie. En plus du projet invisible dit la Togolaise, des esbroufes tout aussi invisbles du richissime homme d’affaires nigérian Aliko Dangoté. Alors que les engagements d’un national comme Sébastien Adjavon de fournir l’énergie à un moindre coup aux populations avaient été balayés d’un revers de la main. Comme si le changement-émergence-refondation ne devrait jamais se passer des ténèbres, au figuré comme au propre.

Peut-être que la lumière ne viendrait qu’après 2016…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1303-delestage-et-emergence-refondation.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?