Lendemain de fête de la bonne gouvernance...

lundi 7 avril 2014 par Arimi Choubadé

Un Bénin en liesse, l’autre qui fait la grimace. Ce n’était pas encore l’affrontement redouté entre les "siens" du profond et les "autres". Mais les premiers en ont mis plein la figure aux seconds en ce week-end de célébration de 8 ans de règne. Magazines laudateurs sur tous les médias, cultes œcuméniques et concerts en direct sur les télévisions, autosatisfaction, parades populaires. La misère aurait été vaincue, de l’eau potable en abondance dans les ménages, la césarienne et l’enseignement gratuits, des milliers de km de route en terre, des chantiers de bitume tous azimuts etc... C’est la victoire dans tous les domaines. Même le chef catholique national n’a pu résister à la jubilation ambiante en évoquant sa grande joie d’avoir appris que le chef de l’Etat a rendu visite au président Bruno Amoussou. Il ne s’est trouvé le moindre orateur, le moindre discours pour rappeler les milliards du pauvre contribuable dilapidés sur différents sites du pays du fait de la corruption, de l’incompétence, du régionalisme et de l’affairisme au sommet de l’Etat.

Tout a été fait pour que les quelques rabats-joies enclins à évoquer les écoles fermées et les régies financières en grève depuis trois mois soient noyés dans le flot d’angélisme autour de la gouvernance réfondatrice. Bien que tous les discoureurs de circonstance soient tous convaincus qu’au lendemain de cette victoire annoncée de la bonne gouvernance, écoliers, élèves, étudiants, fonctionnaires ne sauraient pas davantage comment et quand sortir de la crise sociale. Comme si l’insouciance d’un jour était juste destinée à oublier momentanément le spleen généralisé. Un week-end est vite passé malgré la ferveur des prêches, la frénésie des artistes invités et le dévouement des médias mis à contribution. Même si on y a consacré plusieurs millions de francs supplémentaires en sus de tous les milliards engloutis dans les éléphants blancs.

A présent que les lampions de la bamboula sont éteints, que les célébrants viennent expliquer le sens de ce week-end de joie. Le contribuable en a droit en se référant au devoir du compte rendu puisque les caisses de l’Etat ont saigné une fois encore le 06 avril 2014. En d’autres termes, les Béninois ont le droit de savoir ce qui a été fêté. Si ce n’est qu’en souvenir de la date d’ascension à la magistrature suprême, le président Kérékou serait également fondé à offrir des agapes populaires à la même date puisqu’il a aussi prêté serment à deux reprises un 06 avril. Soglo aurait pu faire pareil le 04 avril. Paraît-il que c’est le fait d’avoir passé 8 ans au pouvoir qui auraient réjoui les "siens" comme s’il était déjà arrivé, depuis le début du renouveau démocratique, qu’un président élu n’aille pas au bout de son mandat. On ne voit donc pas ce qui pourrait empêcher Yayi de boucler ses 10 ans à la Marina pour justifier ces élans jubilatoires au bout de 8 ans seulement. Que fêteraient les réfondateurs le 06 avril 2016 au bout de la 10ème année de pouvoir ?

Revenons d’ailleurs à ce qu’ils ont fêté hier, 06 avril 2014. Aucun bilan du régime ne saurait ignorer le réquisitoire du premier concerné à savoir le chef de l’Etat en personne. Lui-même pensait, il y a un mois, que la classe politique est médiocre y compris celle à laquelle lui-même appartient, y compris donc celle qui était à la fête. Je me garde de conclure à une fête de la médiocrité. Mais lorsque cela intervient au lendemain de l’annulation en conseil des ministres d’une série de concours de recrutements à la fonction publique teintée de corruption et de fraude à grande échelle sans responsables désignés... Ne parlons pas des milliers de citoyens qui ont eu le bonheur de ne pas subir le matraquage médiatique de la célébration du fait du délestage sauvage.

Qu’ont-ils vraiment célébré alors ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1309-lendemain-de-fete-de-la-bonne.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?