L’école béninoise sauvée ; alléluia !!!

vendredi 18 avril 2014 par Arimi Choubadé

Monseigneur Ganyé s’y était mis aussi, du haut de nef de l’église saint Michel de Cotonou. Par la magie des Rameaux 2004, le prélat avait visiblement à cœur d’offrir un somptueux cadeau d’anniversaire au prince de la refondation avec il avait été brouillé il y a peu. Signe des temps, en effet, le N°1 des catholiques beninois a mis un point d’honneur à conduire, lui-même, en monseigneur, la prière de célébration des ans 3 et 8 du parcours du changement-émergence-refondation. Un présent sous forme d’adresse sentencieuse à tous les grévistes. Les suspenseurs de motion ne se sont d’ailleurs pas privés de faire du prélat la garantie principale des promesses et autres engagements du gouvernement. C’était vraiment compliqué pour les ouailles de refuser un appel à la commisération en direct sur les chaînes de télévision, en cette période pascale. C’est ainsi que l’école béninoise fut "sauvée" après près de 3 mois de grèves sauvages . Allez annoncer partout la bonne nouvelle !!!

Pour la motivation, l’homme d’église n’avait pas que la paix à faire avec Yayi. Beaucoup de Béninois oublient souvent qu’il est également le plus grand promoteur d’établissements scolaires et universitaires privés au Bénin grâce aux centaines d’écoles catholiques ouvertes dans toutes les villes du pays. Ces derniers ne sont certes pas concernées par ces cessations de cours mais pourraient pâtir d’une année blanche déclarée notamment pour leurs candidats aux différents examens. C’est vrai que la posture emprunter conférait au prédicateur des rameaux des préoccupations d’ordre national. Mais il demeure dans l’appareil d’Etat quelqu’un comme le ministre des Affaires étrangères, Arifari Bako pour lui rappeler qu’il n’est représentatif que pour les ouailles de sa congrégation et non pour tous les Béninois. Peut-aussi que le contexte a évolué. Soit !

Personne n’en veut au chef de l’église catholique du Bénin d’avoir "sauvé" l’école béninoise. Au contraire. Un sauvetage in-extremis du genre avait déjà eu lieu sous le règne du president Kérékou (2004-2005). Une décennie plus tard on en est presque à la même problématique à savoir des revendications liées à la revalorisation de la fonction enseignante puis des enfants remis sur le chemin de l’école après plusieurs mois de perturbation. Bien malin qui peut prédire la durée de vie de la suspension de la grève du 15 avril 2014. Ironie du sort, certains de ceux pour qui l’année aurait été sauvée en 2005 ont déjà fini leurs cursus scolaire et ou universitaire pour se retrouver dans des années "noires" sans emploi. En clair, l’exercice a juste consisté à les sortir d’un parcours scolaire et universitaire agité pour les plonger dans un chômage sans fin. Tant d’effort pour sauver l’école au même moment où à Bohicon des centaines d’emplois mourraient dans les usines d’égrenage de coton appartenant au grand Satan de la République.

En marge de ce drame de l’école qui se joue, les Béninois sont en droit de se passionner pour ce couple Yayi-Ganyé. Ces deux personnages ont été capables de mener une bataille épistolaire fortement médiatisée avant qu’on ne revoir l’un sonnant l’angelus pour un anniversaire de mandat de l’autre. Exactement comme on avait vu le même Ganyé soutenant la réalisation de la Lépi des K.O électoraux en 2010 puis à la manœuvre pour éteindre le feu Dangnivo avant de s’insurger contre l’Etat oppresseur des droits des privés lors de la suspension du contrat des Pvi au port, pour s’émouvoir ensuite dans la presse de la persécution judiciaire à l’encontre de prétendues suspects de tentative d’empoisonnement et de coup d’état. Une relation sinusoïdales entre les deux hommes que le commun des Béninois ne parvient toujours pas à cerner. Un jour peut-être, la vérité sur tout cela.

En attendant vive l’école en lambeaux !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1314-l-ecole-beninoise-sauvee-alleluia.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?