La défaite des juniors n’est pas celle du public béninois !!!

lundi 26 mai 2014 par Arimi Choubadé

Puisqu’il n’était pas présent au stade, encore une fois. Les supporteurs congolais étaient les plus nombreux, les plus motivés et les plus en phase avec leur équipe, hier, à Charles de Gaule. Porto-Novo, fidèle à sa tradition n’a pas supporté l’équipe nationale. Les gens là-bas, investissent tellement de millions dans les cérémonies funéraires qu’on les voit mal abandonné les légendaire libations festives des dimanches pour se rendre au stade. C’est vrai que les gradins déserts ne justifient pas le coaching approximatif, la fin de match calamiteuse, le sifflet outrageusement hostile de l’arbitrage ou les maladresses devant les filets adverses. Même si l’honneur reste sauf avec la victoire de 2 buts à 1 exactement comme la défaite à l’allée à Brazzaville. Néanmoins, il a manqué ce petit rien, capable d’insuffler une ferveur supplémentaire aux enfants notamment dans une période aussi critique que les tirs au but. Les congolais, eux, ont pu compter sur leur douzième homme totalement engagé et motivé.

Nul doute que certains citoyens béninois ont gesticulé de bonheur suite à l’élimination des juniors. Une sorte de revanche pour eux après leur dépit lors de la qualification des mêmes juniors à la Can 2013 en Algérie. C’était déjà sur le même stade Charles de Gaule de Porto-Novo dégarni, boudeur, sans ferveur et sans enthousiasme que les petits ont corrigé tour à tour Ivoiriens et Sénégalais pour le tour final. À l’époque, ils n’avaient pas eu besoin de tirs au but pour se qualifier. La génération de 2013 était assez prolixe devant les buts ; ce qui leur évitait des situations cocasses à l’instar de celle d’hier. Pour la première fois où les enfants avaient eu besoin de la chaleur de leur public, ils ne l’ont pas eu ; occupés qu’étaient les portoviens à s’enivrer sur les agôs (cérémonies ruineuses) dans la périphérie de Adjarra, Adjohoun, Missrété, Igangni, Gbekandji et consorts.

Ah ! J’oubliais. Il faut compter également sur certains citoyens qui auraient volontairement renoncé à leur droit de fréquenter les stades du pays au motif que les têtes des membres de la fédération ne leur plaisent pas. Ou que le Ministère de la Jeunesse, des sports et loisirs serait un nid de corrompus. Ou encore que le régime Yayi aurait failli. Les supporteurs congolais ont fait massivement le déplacement (en tout cas, plus que les Béninois) peut-être parce que leur fédération nationale de football est rempli d’anges ; que le régime de Denis Sassou Nguesso est le plus vertueux de la planète ou qu’autour des équipes nationales ne circulent aucune histoire de mauvaise gestion. Sans oublier qu’il est plus facile de s’improviser supporteur du Réal Madrid, de Bayer de Munich, de Chelsea et d’autres clubs d’outre-Méditerranée en appuyant le bouton d’un poste de télévision. La passion du foot de télévision contre celle du foot des stades.

En résumé le public béninois n’a rien perdu parce qu’il n’attendait rien. Ceux qui voulaient un bon résultat (les congolais) sont venus la chercher sur le stade de Porto-Novo, largement aidés par les locaux qui leur ont laissé le champ libre. Il fallait être présent à Charles de Gaule pour suivre comment durant de longues minutes l’hymne national du Congo a fait vibrer les tympans, d’abord pour saluer le but qui ramène les deux équipes à égalité parfaite sur l’ensemble des deux rencontres (aller-retour) et ensuite pour porter les visiteurs durant les tirs au but. Du côté des hôtes, si on enlève les officiels, les journalistes, les Écureuils seniors venus supporter leurs jeunes frères, il ne restait que quelques badauds et une poignée d’inconditionnels. Trop insignifiant pour gagner à tous les coups. Cette abdication du public ne soustrait malheureusement pas les enfants, l’encadrement technique et les officiels de la vindicte verbale parce que pour cela point n’est besoin de renoncer à un agô, à un pique-nique de dimanche ou à une séance arrosée avec des amis dans un cabaret. Heureusement que se profile la victoire annoncée des seniors sur Sao Tomé Principé pour le 1er juin 2014...

C’est aussi cela le foot au Bénin...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1326-la-defaite-des-juniors-n-est-pas.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?