Les policiers aussi expriment des revendications ???

mercredi 28 mai 2014 par Arimi Choubadé

Il parait que la police nationale a mal. Du moins, à en croire le Secrétaire général de son syndicat dans une intervention largement diffusée dans les médias. Un syndicaliste policier très fâché à l’occasion des obsèques du jeune policier abattu lors d’un braquage à Menontin à Cotonou. Vétusté des équipements, modicité du salaire, absence de statut, indifférence des pouvoirs publics face au spleen à la police nationale. Au passage quelques coups de gueule contre le ministre de l’Intérieur plus versé dans la propagande politique que dans les défis de la sécurité publique. Les députés en ont eu pour leur grade, accusés de trainer les pas en ce qui concerne le processus de vote d’un statut spécial pour la police nationale. En clair, les bérets bleus en veulent à la nation entière pour le sort qui leur ai réservé et qui fait d’eux des cibles faciles pour les braqueurs et autres malfrats.

En dehors du fait de rappeler à l’opinion publique qu’il existe un syndicat au sein de la police, le commissaire Waïdi n’a pas pour autant réussi à améliorer l’image de sa corporation auprès de ses compatriotes. N’est-ce pas eux qui contestaient à tous les autres travailleurs d’exprimer la moindre contestation. On se souvient des leçons d’un grand policier aux centrales syndicales qu’il conseillait d’aller négocier plutôt que de manifester publiquement au risque de se voir charger par ses ouailles. Des menaces mis à exécution à plusieurs reprises à travers les répressions systématiques de toutes manifestations de protestations des autres travailleurs. Ces derniers ont même essuyé des attaques sanglantes de la police alors qu’ils se trouvaient à leur siège à la bourse du travail. Le 27 décembre 2013 et les images des secrétaires généraux des centrales syndicales en sang sont encore vivaces dans les mémoires. Cela a valu à tout le pays des mois de paralysie de l’administration publique.

De plus, dans la mémoire collective des Béninois, les policiers sont certes mal équipés, mal payés, sans statut spécial etc...mais ce sont pourtant des privilégiés capables de se venger sur les citoyens. En deux ans d’assiduité au péage-policier du pont de Porto-Novo par exemple, un policier consciencieux peut se faire construire deux maisons, une pour sa propre habitation et une autre en location pour payer des études onéreuses à ses enfants et penser à ses vieux jours et à la modicité de la pension de retraite d’un policier. De quoi compenser largement tout ce que dénonce le commissaire Waïdi excepté le risque de se faire faucher par un malfrat à la gâchette facile. Et puis, les péage-policiers ont fleuri partout sur route l’étendue du territoire national ces derniers années. Ils permettent aux policiers de lever beaucoup de fonds à leur seul profit. Les autres citoyens accusent bien le coup des rançonnements intempestifs sur les axes routiers et même dans des procédures de police judiciaire et ne comprennent pas forcément le numéro de victimisation du commissaire syndicaliste.

D’où la question de savoir si la police est au service des citoyens ou à son propre service ? Ceci parce que la machine répressive ne semble rien refuser au pouvoir politique en l’occurrence le gouvernement tant et si longtemps que ce dernier ferme les yeux sur les péages-policiers et le rançonnement généralisé. Presque tout face à face avec un policier devrait coûter de l’argent au citoyen : un contrôle d’identité, un passage aux frontières, une plainte, un contrôle routier. Le commissaire syndicaliste, en même temps qu’il réclame des droits pour lui-même et les siens, auraient dû s’excuser auprès de tous ceux à qui ses collègues font payer leur déprime sur le terrain. Les gars de la bourse du travail n’ont pas la possibilité de se "venger" directement sur leurs compatriotes. De plus la constitution leur reconnait le droit de grève et de manifester (contrairement aux policiers, gendarmes, douaniers, forestiers, sapeurs-pompiers et autres paramilitaires). Ils ne sauraient donc attendre des oraisons funèbres avant de revendiquer leurs droits.

La police républicaine ou la police policière...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1327-les-policiers-aussi-expriment-des.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?