Yayi est-il un roi ???

lundi 16 juin 2014 par Arimi Choubadé

Le Bénin est-il un royaume ? La constitution parle de "République du Bénin", de president de la République, de mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une seule fois, de devoir de compte rendu, de parjure, de Haute cour de justice et surtout d’alternance au pouvoir. A priori, l’allusion à la royauté peut paraître péjoratif dans un Bénin républicain. Pourtant, un ministre de la République, en l’occurrence Komi Koutché et un député à l’Assemblée nationale, Rachidi Gbadamassi se sont permis de se mettre en duo, sur la place publique, pour gloser sur la théorie du "roi" dont le successeur ne saurait être connu de son vivant. Ces messieurs devraient s’approprier l’évolution du monde avec l’abdication du roi d’Espagne (Juan Carlos) au profit de son héritier comme ce fut le cas en Belgique (Albert 1er) et aux Pays-Bas (Béatrix). Sans oublier que sur le Vatican règne actuellement un nouveau pape(François 1er) alors que son prédécesseur (Benoît XVI) vit toujours.

Pour en revenir au cas du Bénin, j’ai de la peine à croire que la rethorique du roi réfractaire à toute succession de son vivant s’adresse à Yayi. Rien dans le discours de ce dernier ne ressemble à un royaliste rétrograde aspirant à mourir au trône. Au contraire, on l’a entendu proclamé, à plusieurs reprises, sa ferme volonté de quitter le pouvoir dès la fin de son second et dernier mandat. Benoît VI, Bush, Obama, Sarkozy, Hollande ont été constitués en témoins privilégiés de cette profession de foi. Voilà que ce républicain irréductible, très attaché à l’alternance au pouvoir vient se faire traiter de roi nègre parano, accroché à son siège, de meetings en meetings. La nouvelle trouvaille de la courtisanerie, c’est faire croire au "roi" qu’il existe dans le royaume, des gens qui travaillent à lui succéder alors qu’il n’est pas encore mort. Bembereke devient du coup l’endroit idéal pour aller conjurer les velléités d’un général admis à la retraite de fraîche date en attendant d’identifier d’autres régions du pays où d’autres présidentiables nourriraient des ambitions successorales.

Passe que des écorchés vifs, transhumants, marginaux, trafiquants de tout acabit se proclament fous d’un roi imaginaire pour escroquer, arnaquer, manipuler l’opinion, invectiver des adversaires ou brouiller le paysage de la vie publique. Mais qu’un membre du gouvernement aidé d’un élu du peuple s’adonnent à ce jeu aussi dégradant pour celui qu’il prétendent servir pose problème. En effet, Yayi a acquis sa légitimité de haute lutte, à travers des suffrages exprimés par ces concitoyens. C’est un président de la République élu, puis réélu par K.O. Il n’a pas hérité du trône juste par filiation sans aucun compte tenu de son mérite personnelle. Lui n’a pas attendu la mort de son prédécesseur (qui vit d’ailleurs encore) avant de prêter serment pour la premier fois le 06 avril 2006. C’est donc de son vivant qu’il a promis transmettre le témoin le 06 avril 2016 exactement comme prévu par la constitution.

Le refus même d’envisager l’alternance en 2016 apparaît comme un piège pour l’après fin de mandat. Ce refus d’évoquer la succession du roi de son vivant n’est rien d’autre qu’un refus d’aider le roi à mieux préparer sa succession. Tout est fait pour conduire Yayi vers 2016 sans lui permettre de mettre de l’ordre dans ses œuvres et préparer sa sortie en digne homme d’Etat. Exactement comme ils ont fait avec Kérékou pour que la société civile soit obligée de recourir à des souscriptions volontaires pour financer les premiers activités de la Céna à l’occasion de la présidentielle de 2006. Que retenir après les deux mandats de Yayi ?

Telle devrait être la préoccupation des prétendus supporteurs !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1333-yayi-est-il-un-roi.html

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?