Bolloré l’international face à Samuel Dossou le Béninois...

mercredi 23 juillet 2014 par Arimi Choubadé

Encore un autre imbroglio politico-financier en sourdine d’une guerre des projets : épine dorsale pour les uns, boucle ferroviaire pour les autres. Dans les deux cas il s’agit de réhabiliter et de construire des rails. Au départ "épine dorsale" avec pour adjudicateur le groupe appartenant à Samuel Dossou, le projet a connu une subtile mue au bout de 6 ans pour devenir "boucle ferroviaire" dont le concepteur serait le groupe Bolloré. Pour cette mutation sémantique, l’Etat béninois se retrouve une nouvelle fois en proie à une multitude de procédures allant de l’arbitrage aux procès (au Bénin et en France) en passant par l’arbitrage, la guerre médiatique et les intrigues politiciennes. Comme d’habitude, le citoyen lambda demeure sous une épaisse brume malgré tout le tapage médiatique autour du feuilleton rythmé par les déclarations et les contre-déclarations des ministres, les intrusions intempestives des têtes dites couronnées, les diatribes des présumées victimes...et le silence dédaigneux de Bolloré, le français.

Néanmoins, suivant une rhétorique bien huilée auprès des refondateurs, il paraîtrait que l’un des projets serait régional et l’autre pas. Allez-y comprendre quelque chose puisque tous les petits écoliers béninois savent que l’Odbn (Organisation commune Dahomey-Niger) devenue Ocbn est née avec une vocation sous-régionale et implique deux États au moins, le Bénin et le Niger. De facto, chaque coup de pioche sur le réseau relève d’ un contrat international. En clair, l’entreprise des rails entre le Bénin et le Niger n’est pas devenue régionale à l’avènement de épine dorsale ou de boucle ferroviaire ; elle l’est depuis sa création. Il paraîtrait également que l’une implique plus d’Etats-parties que l’autre. Soit ! Mais rappelons que épine dorsale (Samuel Dossou) a fait l’objet d’un appel d’offres international sans qu’on ne connaisse le mécanisme par lequel la boucle ferroviaire (Bolloré) aurait été adjugée.

À moins que ce soit une question de passeport qui fait que le français serait plus régional que le béninois. Sinon, sur le profil direct des deux structures rien ne justifie ces nuances insidieuses. Ni le groupe de Samuel Dossou ni celui de Vincent Bolloré ne sont de droit béninois. Ainsi, ils sont tous deux des groupes étrangers, indépendamment de la nationalité de leurs présidents respectifs. Il n’y a pas que les rails qui font l’objet de projets d’infrastructures à envergure régionale ou internationale sans que cela ne débouche sur la théorie de la prépondérance des régionaux sur les présumés nationaux. Le corridor Abidjan-Cotonou-Lagos à propos des routes n’est pas moins régionale que la boucle ferroviaire. Pourtant, chaque pays continue de conserver la plénitude de sa compétence sur sa portion territoriale.

Sur un aspect purement mathématique des choses, les concepteurs de la fameuse boucle ferroviaire devraient pouvoir expliquer à l’opinion si les 20% du projet accordés à Samuel Dossou sont proportionnels à l’envergure de l’épine dorsale intégrée au fameux grand projet régional. Si c’était le cas, la polémique n’aurait plus sa raison d’être puisque que le groupe du béninois n’aurait rien perdu. Il suffisait de lui laisser achever la portion indiquée sur son contrat initial en attendant que le grand Bolloré parachève sa boucle. Dans le cas contraire, on serait curieux de savoir la base de calcul des 20% attribués et les raisons pour lesquelles, ce quotas a été attribué avant que le ministre de Souza n’en appelle à une négociation entre les deux groupes.

Voilà que l’ancien colonisé refuse de s’aplatir devant l’ancien colon !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1350-bollore-l-international-face-a.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?