Pas d’audits au Cos, pas d’élections !!!

mercredi 10 septembre 2014 par Arimi Choubadé

Opération main propre au Cos/Lépi. Pas d’argent aux correcteurs du fichier électoral tant qu’ils n’auraient pas justifié leur gestion antérieure. Le nouvel argentier national veut savoir comment Sacca Lafia a géré les 6 milliards déjà décaissés pour le compte de l’institution depuis son installation en avril 2013. Cette préoccupation, le ministre des finances ne l’a pas exprimée par un courrier ou acte officiel encore moins par une déclaration en marge de l’audience qu’il a accordée au bureau du Cos/Lépi. Mais plutôt par voie de presse. C’est donc par des coupures de journaux et des reportages radio-télé que Lafia a appris qu’il devrait rendre compte s’il souhaite obtenir l’entièreté des décaissements sollicités. En attendant de tirer des conclusions, le constat est que, en lieu et place des 4 milliards demandés afin de rendre disponible un fichier exploitable pour les municipales, le Cos n’a obtenu qu’un demi-milliard prétendu débloqué mais toujours introuvable. Théoriquement, donc, l’horizon du 30 novembre 2014 avancé pour la fin de cette correction subit ainsi un glissement d’un mois et ne devrait être atteint désormais que vers le 30 décembre, à condition que l’argenterie nationale se montre moins exigeante. A cela s’ajoutent les deux mois nécessaires à la Cena pour faire convoquer le corps électoral et faire tenir le scrutin. Sortez les calculettes !

On doit à l’honnêteté de préciser que la polémique autour de l’argent versé au Cos/Lépi ne date pas de l’arrivée de Komi au ministère des Finances. De petits malins pensaient avoir obtenu le scoop du siècle en diffusant dans les médias les avantages et indemnités de ses membres bien avant le dernier remaniement ministériel. Ils avaient ensuite conclu à la cherté voire à l’inutilité du processus de correction de la Lépi au motif que les correcteurs coutaient trop cher au contribuable. Alors que c’est la loi qui a érigé le Cos au rang d’institution de la République au même titre que le parlement, la Cour constitutionnelle, la Haac, la Cour suprême, le gouvernement ou la Cena. La même législation a prévu les avantages et indemnités dus aux membres de toutes ces différentes institutions. En clair, la Cos ne coute ni plus cher ni moins cher que les autres institutions en ce qui concerne la rémunération de ses membres.

Il se trouve alors que le drame électoral est venu s’offrir, en plus, une crise institutionnelle très préoccupante. En effet, en plus d’être tous des élus du peuple, les membres du Cos/Lépi sont sous serment de la Cour constitutionnelle au même titre que le Président de la République. A ce titre, leur gestion ne saurait être placée sous le contrôle d’un ministre nommé par décret, fut-il celui des Finances. Surtout que l’institution est légalement dotée de l’autonomie financière au même titre que l’Assemblée nationale et accessoirement la Cena. Un privilège dont ne bénéficient même pas la Cour constitutionnel et les autres institutions. C’est comme si le ministre des Finances demande, au cours d’un même exercice budgétaire, au président de l’Assemblée nationale de lui faire le point de sa gestion quotidienne avant de lui libérer le reste de sa dotation annuelle sans frôler une interpellation pour parjure. On ne voit pas comment les honorables du Cos pourraient se soumettre gentiment aux investigations des petits fonctionnaires dépêchés par Komi.

Si le but de toutes ces manœuvres est le blocage des municipales, cela a déjà réussi puisqu’il apparait, contrairement à la promesse du chef de l’Etat, que le scrutin ne peut avoir lieu avant le 31 décembre 2014. Komi, lui-même, sait qu’il ne pourrait pas obtenir l’audit dont il rêve. Et même s’il l’obtenait, il ne saurait ignorer qu’en tant que député les membres du Cos sont couverts par l’immunité parlementaire. Seule la Cour constitutionnelle qui a reçu leur serment peut leur demander des comptes en cours de mandat. Mais pour le moment, sans les 4 milliards à temps, ce n’est pas la peine d’espérer d’aller voter de sitôt.

On n’a finalement ni l’audit ni les municipales !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1368-pas-d-audits-au-cos-pas-d.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?