Tout le monde marche, mais, pas ensemble...

mercredi 3 décembre 2014 par Arimi Choubadé

Fcbe, Plate-forme du 29 octobre (UN-Alternative Citoyenne et alliés) puis le PRD : tous sur le macadam à Cotonou et à Porto-Novo. Presque tous le même jour, le 11 décembre 2014, date anniversaire de l’adoption de la constitution, mais, pas tous sur le même itinéraire, éventuellement, pas pour les mêmes causes. Les uns réclament l’organisation des élections, les autres soutiennent l’action du gouvernement. Peut-être qu’il faudrait ajouter à ce beau monde les confessions religieuses ayant dédié cette journée à un jeûne rédempteur pour le salut de la maison Benin, en proie à des soubresauts sporadiques de mandat. Pour une fois, la célébration de la naissance du renouveau démocratique s’annonce mouvementée. Le chienlit a également l’avantage de rappeler à tous ceux qui l’avaient oublié que la loi fondamentale en vigueur a été adoptée un certain 11 décembre 1991 par référendum consacrant ainsi la mise à mort définitive de la dictature militaro-marxiste.

L’opinion semble avoir déjà choisi son angle de sensation. En effet, la guéguerre entre le PRD et leurs "amis" de l’opposition regroupés au sein de la Plate-forme du 29 octobre décuple toutes les conjectures. Il est donc prévu deux marches concurrentes à travers les rues de Cotonou ce 11 décembre-là ; d’un côté, les Tchoco-Tchoco et de l’autre, les autres opposants de la Plate-forme. Difficile d’y comprendre quelque chose surtout qu’à la même date, les partisans du régime souhaitent défiler pour soutenir leur chef. Tout cela alors que personne dans le pays, aucune institution, aucune loi ne peut dire le jour où les Béninois pourraient retourner aux urnes. Un blocage qui dure depuis plus de deux ans ; de sorte que les élus locaux et municipaux continuent de jouir de leurs mandats respectifs arrivés pourtant à terme depuis 2013.

Tout ce remue-ménage donne davantage de relief à un mot souvent collé au génome de ce qui tient lieu de classe politique au Bénin : la médiocrité. Un sobriquet cher au chef de l’Etat en personne. Commençons par exclure de ce capharnaüm les Fcbe soutenant le régime puisque les marches sont, chez eux, une sorte de viatique motivante sans laquelle elles auraient déjà cessé d’exister. Mais les opposants, eux, toutes tendances confondues, prétendent vouloir protester contre le retard dans l’organisation des élections, à travers des marches. Or dans la réalité, tout porte à croire que la marche est devenue non plus un moyen mais un enjeu. Sur le terrain aucune action véritable visant à faire accélérer un processus électoral poussif péniblement mis en place. Personne pour aider le Cos/Lépi à faire décaisser les fonds nécessaires dont il a besoin pour l’achèvement du processus de correction du fichier électoral.

Par ailleurs, on peut comprendre la ruée vers Cotonou de certains acteurs politiques ayant des visées sur la ville. Difficile par contre de percevoir l’intérêt de la grande majorité d’entre eux empêtrés dans des polémiques autour des marches à Cotonou. Très loin de leurs bases électorales respectives alors qu’ils auraient pu se rendre plus utiles en participant à la mobilisation des populations en vue des inscriptions sur les listes électorales sans oublier les derniers réglages sur les listes de candidatures pour les différentes élections attendues. Pourquoi ne pas organiser des marches, chacun dans son fief, d’autant plus que le besoin d’élection est congénital à l’ensemble des électeurs partout sur l’étendue du territoire national ? Comme s’il suffisait de prendre la tête d’une procession joyeuse devant des micros et des caméras pour gagner une élection. Il paraît que l’argent qui sert à entretenir tout ce tintamarre (marches, contre-marches, conférences de presse, campagnes médiatiques) provient d’origine douteuse.

Ceci explique peut-être cela...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1404-tout-le-monde-marche-mais-pas.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?