Mais où est passée la corruption au Bénin ???

lundi 15 décembre 2014 par Arimi Choubadé

 
Pas de corrompus jugés, pas de corrompus emprisonnés, pas de corrompus repentis, pas de victimes réhabilitées et pourtant la corruption aurait disparu. Elle, si criarde il y a encore un an au point de valoir au Bénin une "sanction" des USA est donc passée où ? Le Bénin retrouve son éligibilité au programme MCC dont il a avait été retiré il y a un an. Motif évoqué : le recul de la corruption dans le pays. Conséquence de deux progrès, coup sur coup, aussi bien dans le classement Doing Business que dans celui de Transparency International, au titre de l’année 2014. Surtout qu’on ne se hasarde pas à rabattre la joie des officiels qui se gargarisent à propos des efforts de Mca-Bénin, du gouvernement et de tout le peuple. Tout le monde parle donc des progrès enregistrés sans qu’on ne pipe mot à propos des fameuses mesures prises, concrètement. Il paraît que la corruption a reculé mais personne ne dit ce qui a changé dans le pays, en la matière. Est-ce les 10 à 20% de pot-de-vin sur les marchés publics qui ont cessé ? Sont-ce les douaniers qui ont renoncé à s’enrichir illicitement ? Est-ce une meilleure organisation des derniers concours de recrutement à la fonction publique ? Aucun essai de réponse à toutes ces préoccupations. 
 
Ce défaut d’indications claires sur la perception du citoyen lambda fait que du recul de la corruption, il ne reste que les conjectures. En effet, ces rapports internationaux se fondent le plus souvent sur des études comparatives, d’une année à une autre. Entre 2006 et 2009, des faux placeurs soutenus par des autorités au plus haut niveau de l’Etat ont siphonné plus de 150 milliards d’épargne auprès des citoyens. Peut-être qu’on doit ces bons résultats à la disparition de ce phénomène depuis quelques années quand bien même les spoliés continent d’espérer que justice leur soit rendue. On se rappelle également des conditions de survenance de l’un des plus gros scandales de ces dernières années à savoir la passation du marché de programme de vérification des importations (Pvi) en 2011-2012. Peut-être que l’anémie de l’économie nationale n’offre plus de place à la commission de scandales aussi gigantesques. La corruption serait donc en recul parce que ses principales sources ayant tari. 
 
Même s’il y a des raisons de se réjouir de l’imminence de cette manne américaine attendue sur le pays à travers le Mca, cela ne devrait pas dispenser d’une inquisition objective sur l’état de la corruption dans le pays. Surtout en cette période où l’impunité règne en maître ; en plein débat sur les velléités des députés à soustraire un des leurs des mains de la justice alors qu’il a été régulièrement condamné par le tribunal de Parakou. Une flagrance avérée à travers des pressions sur un juge dans une affaire criminelle jugée dans les règles de l’art dont le parlement s’apprête à empêcher l’exécution. De plus, aucun Béninois n’a souvenance d’un cas de corruption avérée jugée et punie par les tribunaux ces derniers mois. Rappelons que durant plusieurs mois, corrompus et corrupteurs ne pouvaient comparaître devant des tribunaux fermés du fait des grèves perlées des magistrats. Et pourtant la corruption recule. Pendant que la plupart des inspections des ministères sont paralysés du fait du départ à la retraite de leurs titulaires.
 
Reste enfin le gros problème de l’argent en politique, toujours à l’étape de tabou infranchissable. Des citoyens s’apprêtent à aller à l’assaut, des communes, du parlement voire de la présidence de la République sans qu’aucune structure officielle ne puisse savoir d’où proviendrait tout l’argent à dépenser dans les campagnes électorales. Les électeurs pourraient voir désigner leurs maires, leurs députés, leur président de la République, les ministres, les préfets bref tout l’appareil d’Etat sans que personne ne connaisse les sources de financement de toute l’activité de propagande. On fait des meetings, des marches, des conférences de presse, des campagnes médiatiques onéreuses avec beaucoup d’argent en circulation dont on ignore tout. Dans un pays où tout le processus de désignation des dirigeants se fait avec de l’argent d’origine douteuse voire sale, on parle de recule de la corruption. 
 
C’est quoi finalement la corruption ??? 
 
 

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1409-mais-ou-est-passee-la-corruption.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?