Chronique d’une marche anti-refondation à Cotonou !!!

vendredi 6 février 2015 par Arimi Choubadé

Rallier la bourse du travail de Cotonou à la direction générale de l’Ortb, siège de la télévision nationale. Rien de bien compliqué à priori pour le commun des Cotonois. A peine deux km pour un trajet normal : bourse du travail-carrefour Sbee-place du souvenir-Ortb. Au bout de deux heures, les marcheurs pourraient délivrer leur message à qui de droit. Mais, vues de la refondation, les choses ne sont pas aussi simples. Après étude minutieuse du trajet et des enjeux, les caciques du régime se sont rendu compte de deux grosses difficultés. La première est de faire en sorte que leur chef n’aperçoive ni de loin ni de près la horde de marcheurs versant leur bile sur son régime, lui habitué à ne recevoir que des adoubements, des glorioles, des ovations et des soutiens. La deuxième est de faire en sorte que la procession obtienne le moins de participants possible afin de ne pas trop marquer les esprits surtout à l’extérieur où les gens commencent pas être de plus en plus sensibilisés par le phénomène Osias.

Passons sous silence le second aspect, celui de la déstabilisation du mouvement de rue. Une rue que le prince préfère toujours en cauris, ou les marches ne servent qu’à lui témoigner gratitude, reconnaissance et soumission. Le commissariat central de Cotonou et le commandement local de la gendarmerie étaient donc conviés à tracer un nouvel itinéraire destiné à éviter au grand patron la vue de pancartes et de banderoles le critiquant, lui et sa télévision. Le but de la manœuvre est de modifier le circuit initial. Deux bastions sacrés de la refondation devraient être interdits d’accès : les environs de la présidence de la République puis ceux du domicile privé du chef de l’Etat à Cadjehoun. Il revenait aux policiers d’ébaucher un nouveau labyrinthe à travers les ruelles de Cotonou, conforme aux vœux du prince. Même si cela abouti à quadrupler la distance initiale. C’est sur place, à la bourse du travail, que les organisateurs découvrent que les agents de sécurité publique leur proposent de marcher 4 fois plus avant de lire leur motion. Propositions acceptées sans autre forme de contestation.

Finalement ce fut une dizaine de km au lieu des 2 prévus. Ce qui n’était pas assez contraignant pour émousser la détermination des organisateurs. L’enjeu en valait la chandelle. Regroupés à l’appel du forum des peuples, les protestataires avaient décidé de manifester leur solidarité à l’endroit du journaliste-présentateur Ozias Sounouvou. Lui et deux autres de ses collègues seraient pris dans la tourmente depuis l’"impertinence" désormais très célèbre, du 12 janvier 2015 à l’endroit du chef de l’Etat au sujet de l’absence de débats contradictoires sur la télévision nationale, en direct sur l’édition de nuit du Journal télévisé. Or, depuis le tollé des événements sanglants de décembre 2013, les manifestations de rue hostiles au gouvernement étaient, de nouveau, possibles. Tous les préfets ont ravalé tous leurs arrêtés illégaux d’interdiction de manifestations jugées hostiles au gouvernement.

Allons donc à la découverte du curieux calvaire dessiné pour les marcheurs : Bourse du travail-Unafrica-Commissariat central-Étoile rouge-Vodjè-Gbegamey-Champ de foire-Collège Aupiais-Église Bon Pasteur-PTT Cadjehoun-Ministère de l’Agriculture-Ortb. De quoi provoquer la colère des organisateurs, le découragement des participants tout en les privant de la possibilité de se livrer à d’éventuelles autres impertinences devant le domicile privé du chef de l’Etat ou la présidence de la République. La procession est finalement arrivée à destination au pas de charge rigoureusement encadrée par des agents en uniforme eux-mêmes en sueur. Mais le message du Prince est désormais clair : pour avoir le droit d’accès à toutes les rues de Cotonou, il faut apprendre à chanter Yayi. Les marcheurs refondateurs seuls peuvent passer devant la Marina ou le domicile privé du prince.

Il y a toujours les siens et...les autres...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1423-chronique-d-une-marche-anti.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?