Le riz "électoral" pour sauver la révision et le 3ème mandat...

lundi 13 avril 2015 par Arimi Choubadé

Autrefois 1 à 2 kg par tête, le quantum du riz électoral est désormais passé à 10 kg surtout à Cotonou, là où se pose le double défi de faire élire le beauf et le fils. C’est là, en effet, où la refondation déploie le plus de moyens. Là où le chef de l’Etat peut parler à des lampadaires fraîchement mis en service, les saluer avec de grands gestuels, les applaudir et leur sourire. Là où l’agenda présidentiel est arrêté en une matinée pour cause de campagne de salubrité publique dans les rues gorgées d’ordures. Là où se lancent des travaux d’infrastructures futuristes tous azimuts sans que personne n’ait vu auparavant les études de faisabilité, encore moins les ratifications d’accords de prêt à cet effet. Là où se tient un concert d’anniversaire du trône destiné à narguer les fêtards de lundi de Pâques à la plage. C’est là que se déverse du riz, abondamment de riz, un phénomène très sérieux pour retenir suffisamment l’attention. Quelques chefs quartiers ou relais locaux de la refondation sont devenus des distributeurs agréés de ce riz électoral.

On avait annoncé le rejeton présidentiel comme étant une machine à idées capables de sortir de sa tête une invention toutes les heures. Personne ne pouvait imaginer que la campagne autour de sa candidature allait se transformer en une prise en otage des électeurs crève-la-faim. Inutile de revenir sur les origines des considérables moyens matériels et financiers déployés pour la circonstance. Le prétexte de l’homme d’affaires précocement prospère ne tient pas la route lorsqu’on sait que toutes les filières ont été réduites à néant par la boulimie légendaire du régime. Bref, le riz électoral en soutien à la bataille de Cotonou semble désormais l’argument majeur d’accompagner du mouvement en vue des 50 députés Fcbe, de la révision de la constitution et éventuellement du 3ème mandat.

Le verbiage soporifique à l’endroit de la jeunesse de Cotonou n’a visiblement pas fait long feu. A l’évidence le projet n’était pas vraiment l’emploi, les logements, l’éducation ou la santé mais de la vulgaire céréale (riz) pour tromper la faim, le temps d’une campagne électorale. On se demande si c’est toujours le petit que l’on dit très fertile en idée qui est à l’origine de cette géniale bassesse. Celle sensée amener la refondation à ses 50 députés. Même en 2011, au plus fort de la Lépi Bako bâclée et des K.O électoraux, les gars n’avaient pu atteindre ce quota de 50 parlementaires avec la seule liste Fcbe. A moins que quelques céréales ne soient capables de réussir là où les limiers de la Marina ont régulièrement échoué depuis 2006. Comme si ces sacs de riz pouvaient effacer les affres quotidiennes de pénurie d’eau et d’électricité, des grèves sauvages dans les hôpitaux et les tribunaux, de la destruction des emplois du fait de la persécution des entreprises privées tenues par des nationaux ou de la multiplication des scandales politico-financiers.

Au début de cette aventure ambigüe, les bonimenteurs scandaient qu’ils allaient amener le peuple vers le changement, la croissance à deux chiffres. 9 ans après, les ménages spoliés et dépouillés par les amis du régime sont réduits à quémander quelques repas de survie. Les suffrages se troquent contre des céréales au Bénin de la refondation. Pendant qu’à nos frontières les gens sont déjà au vote électronique, les pouvoirs publics se déchirent autour de la confection de cartes d’électeurs bricolées dans le pays dit inventeur de la conférence nationale. A défaut d’envisager de meilleures perspectives pour les années à venir, demeure néanmoins le seul espoir que la constitution a décrété la fin de l’imposture pour l’horizon 2016. Même si après l’échéance 2016 personne ne saurait prédire la quintessence de la prochaine aventure dans un pays où l’argent en politique continue d’être un tabou.

Le riz ne règle que la faim d’un moment...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1451-le-riz-electoral-pour-sauver-la.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?