Quand le fantôme Icc les suit partout...

mercredi 10 juin 2015 par Arimi Choubadé

Un démarrage de législature sur les chapeaux de roue. Yahouédéhou en a rajouté sa touche sulfureuse avec sa chronique nécrologique d’un genre particulier : "j’ai la profonde douleur de vous annoncer le détournement de ces 8 milliards FCFA"... Il faisait ainsi allusion aux fonds recueillis auprès des structures de collecte illégale d’épargne à travers la scabreuse affaire Icc services. Ce fut la plus emblématique des structures en question dont les premiers responsables avaient pion sur rue dans les allées de la Présidence de la République voire au domicile privé du chef de l’Etat. Si ce n’est le chef de l’Etat lui-même qui fait des apparitions tonitruantes au siège même des faux placements d’argent sis à Abomey Calavi et domicile privé du cerveau de la gigantesque arnaque. C’est cet attelage nauséeux entre le crime et le pouvoir qui a inspiré à l’élu RB-RP ses premières salves ayant pris tout le monde de court y compris le président de séance Adrien Houngbédji pourtant rompu aux intrigues parlementaires les plus tordues.

Selon donc le député Janvier Yahouédéhou, du haut de la tribune du parlement le 09 juin 2015, le gouvernement aurait fait disparaître les 8 milliards Fcfa récoltés auprès des structures illégales de collectes d’épargne dont Icc services. En cela, personne ne peut accuser l’accusateur de ne pas avoir la suite dans les idées. Il était en duo avec son autre collègue de l’époque en 2010 sur un projet de traduction du président Yayi BONI devant la Haute cour de justice pour sa complicité supposée dans l’affaire Icc. Les deux activistes avaient réussi alors à obtenir pas moins de 50 signatures, manquant de peu la majorité qualifier des 63 députés nécessaires (3/4 de l’hémicycle) pour traduire Yayi devant des juges. Le mandat de Yahouédéhou devrait prendre fin suite aux K.O électoraux de 2011. Mais le revoilà qui reprend son nouveau mandat exactement là où il avait laissé le précédent en 2011, sur le dossier des faux placements. Le fantôme rodait autour du palais des gouverneurs depuis 4 ans et a fini par y retourner.

Retrouvailles pour retrouvailles, c’est à un certain Okounlola, en tant que président du groupe parlementaire proche du régime au pouvoir, que revient la rude épreuve de tenter la réplique au brûlot de Yahouédéhou. Un peu comme un remake des passes d’armes au sujet du scandale des machines agricoles au cours de la législature 2007-2011. A l’époque Okounlola pilotait le projet chargé de l’acquisition des machines agricoles. Une gestion à laquelle Yahouédéhou reprochait une surfacturation de l’ordre de 3 milliards Fcfa. Une commission d’enquête parlementaire présidée par le même Janvier Yahouédéhou avait été mis sur pied et ses conclusions avaient été accablant contre le gouvernement et le gestionnaire du projet. Mais c’est la première fois que les deux hommes se retournent au sein de la même législature, siégeant dans le même hémicycle. Des retrouvailles qui s’annoncent très croustillantes pour les revues de presse.

Le pathétisme du sursaut d’honneur des députés émergents suscite néanmoins quelques réflexions. Ce n’était déjà pas très honorable pour eux d’être défendu par quelqu’un qui traine le boulet des machines agricoles. Leur groupe parlementaire abrite curieusement la présence du ministre de Souza qu’ils se sont offerts le plaisir de vitrioler sur la place publique pour cause de traîtrise lors de l’élection du bureau du parlement le 20 mai 2015. Ils ne semblent également avoir aucun problème avec leur honneur pendant que siège à leur côté un ministre démissionné selon les propres termes du chef de l’Etat consécutivement à l’affaire de
l’"évaporation" de l’argent des hollandais destiné à forer des puits pour les populations. Pour en revenir au cas spécifique des faux placements, les défendeurs de l’honneur du pouvoir peuvent aller se replonger dans les détails du rapport des experts de la Banque Mondiale sur le dossier Icc. Ils peuvent y lire avec quelle délectation des experts étrangers traitent de l’incompétence, de la félonie et de la mal gouvernance de leur régime.

La vengeance des pauvres se rapproche ...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1469-quand-le-fantome-icc-les-suit.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?