Après les insultes électorales, place aux pluies électorales...

vendredi 12 juin 2015 par Arimi Choubadé

Le Yinwè-Yindié et son cortège d’injures publiques ont vécu. Vive à présent les pluies électorales ! Les refondateurs n’arrêtent plus de jubiler depuis le début des précipitations sur Cotonou. La mémorable averse du 1er juin 2015 a ramené le sourire aux lèvres de tous ceux qui espèrent surfer sur l’anti-Soglo lors de la bataille pour le contrôle de l’hôtel de ville. La trouvaille consiste à susciter le buzz autour d’images de rue de Cotonou sous les eaux. Les paparazzis de circonstance s’emploient à ne prendre des photos que pendant que les trombes d’eau s’abattent sur le sol. Il fallait créer la confusion en captant l’image de l’eau au moment où elle tombe du ciel pour les faire passer pour de l’eau stagnante. Ainsi c’était plus croustillant de montrer les eaux sur l’étoile rouge pendant la pluie que d’exposer l’état de cette même place quelques minutes seulement après les précipitations. Pourvu qu’il y ait de l’eau dans les rues. Cela suffit pour réclamer la tête de toute l’équipe municipale conduite par Nicéphore Soglo.

Lors des législatives en avril, le camp Yayi avait plutôt misé sur les noms d’oiseau, les insultent, l’arrogance et la suffisance. C’était le grand patron de la Marina lui-même qui se plaisait à se présenter comme le centre de tout (Yinwè-Yindié), distribuant les quolibets et la dérision à tous les adversaires de sa liste de candidature. Quand ses ouailles ne chantent pas carrément, auprès de qui veut les entendre, en chœur : "après nous, c’est nous", avec toute l’arrogance qu’on leur connaît. Ce fut l’âge d’or des insultes électorales conduites de main de maître par le chef lui-même. Les autres n’avaient qu’à s’engouffrer dans cette brève pour annoncer vouloir faire réviser la constitution et s’éterniser au pouvoir durant 100 années supplémentaires. Le reste s’est observé sur le terrain avec le déploiement des candidats ministres, cadres de l’administration, directeurs de société d’Etat, membres d’institutions sur fonds d’utilisation abusive des moyens de l’Etat. Ce n’est que plus tard que les Béninois se sont rendus compte que ces ébauches de frasques ont coûté au pays la suspension de la coopération hollandaise suite à l’"évaporation" de plusieurs milliards de CFA préalablement destinés à forer des puits pour les pauvres.

Mais on ne peut pas reprocher aux yayistes de ne pas avoir savamment orchestré la campagne électorale par la pluie à Cotonou. De subterfuges en subterfuges, ils ont réussi à faire renvoyer les élections municipales en fin juin, période considérée comme le pic des inondations dans Cotonou et environs. Après avoir privé le conseil municipal d’une grande partie de ses ressources bloquées par le trésor public. Cela évitait d’aller chercher des arguments de gouvernance locale trop pointus afin de venir à bout de l’équipe en place pourtant reconnue pour être l’une des plus élaborée du pays. En effet, les pourfendeurs du péril des eaux sur Cotonou sont particulièrement tolérants vis-à-vis des municipalités voisines comme Abomey-Calavi, Porto-Novo, Ouidah, Sème-Kpodji où la situation est bien pire. Mais c’est sur Cotonou seule que se manifestent leur intransigeance et leur rigueur parce qu’il faut déboulonner l’équipe municipale à toux prix.

Mais apparemment, les espoirs placés par les refondateurs sur les pluies électorales ne semblent pas porter leurs fruits. Il s’acheminent vers les mêmes revers que ceux constatés avec les injures électorales durant les législatives. Parlons d’abord de l’infortune des images tendancieuses faisant état de Cotonou sous les eaux ; des images qui ont fait pschitt en comparaison avec celles des cataclysmes enregistrées au même moment à Lomé, Abidjan, Accra ou Lagos. Aucune grande agglomération de la côte maritime du Golfe de Guinée n’a été épargnée par la désormais tristement célèbre averse du 1er juin. Visiblement, Cotonou a même résisté à la furie de ces pluies et n’a connu que très peu de dégâts comparativement aux autres villes concernées. Curieusement, le programme d’urgence dénommée 3CI au cœur de la polémique électoraliste a particulièrement connu une exceptionnelle efficacité cette année. Les élans des autorités municipales sur les centres d’examen, les centres de santé, les places de marché et même certaines administrations publiques grâce aux 3CI ont plus marqué les esprits en cette période électorale où les attentions sont plus aiguisées.

Après l’échec des insultes et des pluies, Yayi doit trouver autre chose...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1473-apres-les-insultes-electorales.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?