Le matraquage des enfants par leurs propres parents...

lundi 20 juillet 2015 par Arimi Choubadé

Des tarés, des médiocres, des attardés, des inutiles voire des perdus ; dur d’être candidat aux différents examens au Bénin par les temps qui courent. Le concert d’injures à l’endroit de ces petits serait dû aux taux prétendument faibles des résultats obtenus (30,16 % au Bepc, 34,44 % au Bac). Ne sommes-nous pas dans le pays où les adultes n’assument rien, ne sont responsables de rien, ne sont au courant de rien mais les petits enfants peuvent être accusés de tout ? Dire que c’est la génération qui prétend avoir été bien formée, bien éduquée parlant correctement la langue française qui s’adonne à l’injure facile sur des enfants. De dignes héritiers du quartier dit latin de l’Afrique qui en arrivent à mépriser ainsi leur propre progéniture. Aux petits d’endosser les mauvais programmes, les conditions de travail exécrables des enseignants, les grèves perlées dans l’enseignement et surtout les résultats aux différents examens.

Ce débat récurent sur les résultats aux différents examens ces dernières années révèle plutôt une sorte d’imposture intellectuelle entretenue depuis des décennies. En effet, si les Jean Plya et autres Eustache Prudencio avaient réellement été des enseignants de classe exceptionnelle, comme l’on essaie de le faire croire les puristes des temps nouveaux, qu’on nous explique alors comment l’enseignement serait si dégradé de nos jours. Leur expertise tant vantée aurait dû leur permettre de former des générations à leur image capables à leur tour de rendre l’intellect à elles inculqué aux générations suivantes. S’ils avaient bien formé leurs élèves, ces derniers auraient bien formé les leurs à leur tour, de génération en génération. Car quoiqu’on dise, si dérèglement de l’éducation il y a vraiment actuellement, cela ne peut être que du fait de gens ayant appris de leurs illustres aînés comme Olympe Bhêly Quenum et autres célébrités nationales en la matière.

Les conjectures autour des résultats de fin d’année scolaire laissent beaucoup de gens sur leur faim. Aucun des collectionneurs de taux ne prend la peine de décliner l’année où lui-même a obtenu ses diplômes ainsi que les taux d’admission à l’occasion. Que chaque moralisateur d’enfant nous dise l’année au cours de laquelle il a obtenu son Bac ou son Bepc afin qu’on puisse lui rappeler le taux d’admission de l’époque. Tout le monde sait que le Bepc 1986 a donné un taux de 8% ; 22% pour le Bac 1992. Des résultats largement en deçà de ce qui s’est observé en 2015 ; et pourtant, à l’époque, personne n’a demandé la démission d’un ministre ou n’a traité les élèves de cancres rédhibitoires. Parce qu’en ce temps les adultes avaient plus de respect pour leur progéniture et ne rejetaient pas systématiquement sur les enfants les échecs de leurs propres errements. En clair, si le niveau a vraiment baissé, c’est celui des parents voire des enseignants qui est en chute libre. Le niveau des enfants d’aujourd’hui n’est rien d’autre que le niveau auquel les illustres grammairiens formateurs ont abouti.

Des gars qui ont découvert l’école à l’âge de 10 ans, la télé à 30 ans ne devraient logiquement pas s’en prendre à nos "génies" qui rentrent à l’université à moins de 15 ans. Si, autrefois, l’alphabète était le médiocre en grammaire française, celui d’aujourd’hui est l’ignorant de l’outil informatique et de l’Internet. Dieu seul sait combien d’anciens élèves de Jean Plya connaissent Whatsap, facebook ou viber ; des technologies que manipulent pourtant facilement des écoliers d’aujourd’hui sans pour autant bénéficier de la moindre assistance de leurs éducateurs. N’eut été ce complexe mal contenu, les adultes devraient tirer un coup de chapeau aux prouesses de ces bambins. Ce n’est pas la grammaire française qui permet à des jeunes opérateurs économiques de se rendre à Doubaï ou à New Delhi pendant que leurs camarades grammairiens hors paire s’alignent au soleil pour le dépôt de dossiers à des concours de recrutement aléatoires. Le prétexte de la défense de la grammaire française ne doit pas servir à jeter l’opprobre sur la postérité. Le monde entier a vu le gouffre du développement dans lequel est plongé le Bénin malgré ses talentueux manipulateurs de la langue française.

Insultez vous, vous-mêmes au lieu d’insulter nos enfants !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1485-le-matraquage-des-enfants-par.html

Messages

  • Ah sacré Arimi, Cela fait un bail que je n’ai pas eu le plaisir de lire vos éditoriaux...toujours d’une acuité et d’une indépendance de jugement remarquable !

    Le problème que vous soulevez ici est gros comme un nez dans la figure mais personne (ni les parents, ni les enseignants, ni les pouvoir publiques) ne veut le regarder en face. Vous mettez le doigt là où ça fait mal.

    Comment peut-on se satisfaire de pareils taux de réussite aux différents examens, quand on sait le coût d’une année scolaire pour toutes les parties (y compris pour l’apprenant), sinon à se faire hara kiri collectif dans une joyeuse indifférence propre aux adultes démissionnaires ?

    Je n’évoquerai pas ici la barrière que représente le CEP (qui vaut entrée en sixième) pour des milliers d’enfants qui sont déversés dans la rue chaque année sans avoir acquis le socle minimum commun pour apprendre un métier technique. A quand la réforme ?

    Déjà pauvre, nous nous s’évertuons à gaspiller nos maigres ressources dans un système éducatif dont la faillite n’est plus à établir mais néanmoins célébrée chaque par des taux désastreux chaque année, et à chaque fois sans le moindre début de commencement d’exigence de quelque partie que ce soit ! Et nous voilà reparti pour un tour...

    Heureusement, l’émergence se faisant attendre, il paraît que nous sommes en pleine refondation de notre nation....!

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?