La télécommande de Paris fait ses emplettes...

vendredi 24 juillet 2015 par Arimi Choubadé

Traquer tous les potentiels velléitaires présidentiables de 2016. Zone de prédilection : sud du Bénin, le grand sud comme ils disent. Une sorte de machine de démolition massive destinée à y faire suffisamment d’espace pour la télécommande de Paris. La pluie de désagréments qui s’abattent sur l’Union fait la Nation n’est certainement pas le fruit du hasard. Sa difficulté à désigner son candidat unique malgré les bonnes résolutions à cet effet en dit long. En guise de comparaison, c’est depuis le 10 avril 2010 que Adrien Houngbédji avait déjà été désigné comme candidat de l’UN d’alors pour la présidentielle de 2011. Juillet 2015 tire vers sa fin et toujours aucun indice sur la procédure retenue pour procéder à un choix du collectif pour l’échéance de 2016. Déjà 3 mois de retard sur le timing de la précédente campagne présidentielle. A la difficulté de désignation du candidat unique s’ajoute le grand écart des alliés circonstanciels dont Joseph Djogbénou désigné par son Alternative Citoyenne. Comme pour répliquer au rejet de toute candidature externe par l’UN.

C’est la vitesse avec laquelle les déboires se sont précipités chez les unionistes qui a frappé les esprits. Cette même UN qui est sortie des législatives avec un statut de force montante pour avoir supplanté tous ses concurrents à Cotonou avec trois députés sur les 9 face à l’ogre RB réduit à 1 seul élu. Voilà qu’avant même qu’on ne finisse de proclamer les résultats des municipales et d’installer les nouveaux conseils municipaux, l’orage s’est déclenché. Comme si quelqu’un se préparait à faire naître un autre projet électoraliste sur les cendres de cette même UN dont la déflagration semble programmé de loin. L’inventeur de l’allégorie des télécommandes savait de quoi il parlait notamment lorsqu’il leur déniait toute vertu. Toutes ces agitations tiennent, une fois de plus, aux sources de financement de l’activité partisane. Il se susurre, en effet, que Amoussou et compagnie se sont eux-mêmes mis en servilité à la recherche de mécène et de bienfaiteur face à une refondation nourrie par les détournements massifs de l’argent public, les faux placeurs d’argent, les évaporateurs d’aide internationale et autres courtisans corrompus.

Même si le groupe UN continue d’afficher l’unité du côté du palais des gouverneurs, l’objectif 2016 n’y fait pas l’unanimité et lui cause d’ailleurs d’énormes ennuis. Le même horizon 2016 sert d’ailleurs de prétexte pour emmerder d’autres entités politiques ayant des velléités en ce sens. Ironie du sort, c’est l’UN qui a servi de rampe de lancement au commando lancé contre la RB à l’occasion des législatives puis des municipales notamment à Cotonou. Comme si quelqu’un tentait de couper aux houézèhouès leur ancrage Cotonois. Un dessein qui a presque abouti lors des législatives avec un effet boomerang aux municipales ; le sursaut de Léhady est passé par là. Mais la télécommande peut toujours espérer sur les agitations post électorales à Abomey puis à Bohicon à propos des positionnements internes pour continuer son œuvre de terre brûlée. Seul le PRD, du fait de son silence contenu à propos de la présidentielle 2016, a pu échapper, pour le moment, à ces assauts téléguidés.

Tout analyste sait que la télécommande de Paris n’a aucune chance de voir aboutir son vœu de prendre sa revanche sur son ex-poulain Yayi tant que les probables candidats de la RB et éventuellement de l’UN, tous ancrés au sud, conservent tous leurs potentiels respectifs. Au début, il avait été question de fédérer ses forces autour d’un enjeu unique, celui de ramener le pouvoir vers le sud. Les concepteurs de cette hérésie pensaient se servir de l’alibi du "grand sud" pour unifier les entités politiques concernées. Une fois l’unification réalisée le principal mécène devenait de facto le leader tout désigné. La plateforme des forces de l’opposition avait permis d’entretenir cette illusion le temps de mettre la pression pour faire organiser les élections. Dès les élections obtenues, chacun a repris son destin en main au grand dam de la télécommande contraint dorénavant de faire lui-même ses emplettes sur les ruines de ceux qui osent lui résister.

Le choix proposé oscille entre l’allégeance et la déstabilisation...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1488-la-telecommande-de-paris-fait-ses.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?