Yayi et Kassa : tu me tiens, je ne te lâche pas...

mercredi 19 août 2015 par Arimi Choubadé

Les yayistes désormais unis derrière Kassa. Une défense en ligne imperturbable autour de l’ancien ministre de l’eau, lundi dernier lors de l’ouverture manquée de la 4ème session extraordinaire de l’année. Juste une patrouille légère d’à peine 4 députés sur les bancs de l’hémicycle. De quoi éviter le vide total dans les allées où les yayistes avaient pris quartier. Suffisant quand même pour empêcher l’obtention du quorum. La mobilisation des opposants s’est heurtée aux dispositions du règlement intérieur du parlement qui n’admet pas la comptabilité des procurations dans le décompte des présences. Le débat n’a donc pas eu lieu à propos de la demande de levée de l’immunité parlementaire du député Barthélémy Kassa transmise par le gouvernement. D’où le grand écart entre les professions de foi du chef de l’Etat et le passage à l’acte de sa troupe. Il faut être dans le système Yinwè-Yindié pour comprendre le peu d’empressement des députés élus sur la liste parrainée par le chef de l’Etat à donner suite à une requête soutenue par le gouvernement.

Très tôt, ce lundi 17 août 2015, l’hémicycle s’est paré pour accomplir un vote interne qui se voulait historique. Tout le monde avait compris que la levée de l’immunité parlementaire du député Kassa était inéluctable et que la volonté du perchoir soutenue par sa majorité parlementaire ne souffrait d’aucune ambiguïté en la matière. L’article 71.6 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale prévoit d’ailleurs que : "La décision d’accorder ou de rejeter la levée d’immunité parlementaire est adoptée sous forme d’une résolution par la majorité absolue du nombre des députés calculé par rapport au nombre des sièges effectivement pourvus". A 42 voix sur les 83, Kassa ne pouvait plus se soustraire à l’inquisition des juges au sujet de l’affaire de l’évaporation de l’argent de l’eau. De quoi foutre la trouille à la galaxie Yayi qui ne saurait dissimuler longtemps encore sa duplicité dans ce dossier.

La réplique du camp Yayi ne devrait pas se faire attendre. L’alerte a fini par arriver du côté où on l’attendait le moins. Des représailles sous forme de destitution-exprès du coordonnateur au budget de la Céna dès le lendemain de l’ouverture manquée de la session extraordinaire au palais des gouverneurs de Porto-Novo. Son malheur est d’être du même parti que l’occupant du perchoir, le Prd. Une destitution sans loi, sans droit et sans légitimité. Juste quelque chose pour démontrer que toucher à Kassa était une ligne rouge susceptible de représailles. La Marina a conscience que rien ne peut sauver Kassa le jeudi 20 août 2015. La constitution prévoit en effet, en son article 85, que : "Si à l’ouverture d’une session, le quorum de la moitié plus un des membres composant l’Assemblée Nationale n’est pas atteint, la séance est renvoyée au troisième jour qui suit. Les délibérations sont alors valables, quel que soit le quorum". Peut-être qu’une tempête factice à la Céna peut faire desserrer l’étau sur l’évaporateur présumé de l’argent de l’eau. On ne sait jamais...

Très intéressant que les suppôts du régime s’activent à donner l’exemple de la bonne gouvernance à la Céna en faisant destituer un des membres sans préavis, sans enquête préalable, sans faute avérée, séance tenante. Un activisme aussitôt mis à mal lorsqu’il s’agit de cas de détournement constaté et dénoncé par un gouvernement étranger puis instruit par la justice béninoise. Ces élus Fcbe font la chaise vide à l’hémicycle afin de faire retarder la levée d’immunité d’un des leurs mais sont prompts à créer une crise de représailles dans une autre institution au nom de la bonne gestion des finances publiques. Il n’y a que sous la refondation que la lutte contre la mauvaise gouvernance puisse se confondre au chantage. Pas évident que cette diversion à la Céna émousse le désir de justice des Pays-Bas. La vraie menace sur la tranquillité de Kassa c’est moins la majorité parlementaire que la traque hollandaise.

Fallait pas faire évaporer l’argent que les autres avaient destiné à l’eau pour les pauvres...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1498-yayi-et-kassa-tu-me-tiens-je-ne-te.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?