L’honorable-présidents et le foot...

lundi 31 août 2015 par Arimi Choubadé

Ou plutôt l’homme aux trois institutions. Fait rarissime dans un paysage politique très éclaté pour qu’un même acteur puisse se faire adouber à la tête de 3 différentes institutions. A ces titres de président de la Fédération béninoise de football et président du groupe parlementaire du plus grand parti du pays, le PRD, Augustin Ahouanvoébla règne désormais sur le Conseil d’orientation et de supervision (Cos) de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Élu à l’unanimité des 11 membres. Jamais le mot consensus n’a été aussi évident dans ce genre de désignation. Dans un contexte électrique à la Commission nationale électorale permanente (Céna) où justement le représentant de son parti le PRD se débat contre un putsch interne mal pensé, mal exécuté et mal géré. On s’attendait à une de ces empoignades épiques comme c’est souvent le cas dans ces genres d’exercice. Quelques analystes avaient même prédit un duel dantesque, à distance, entre le chef de l’Etat et le président du parlement. Au décompte final, ce fut un plébiscite pour le nouveau président et les 2 autres membres de son bureau élus de la même façon consensuelle.

Mais l’intérêt de cette chronique n’est pas d’encenser le nouveau président du Cos/Lépi. Ses collègues n’ont pas eu besoin d’une chronique dithyrambique avant de le porter à l’unanimité. Les membres de la FBF n’en ont pas davantage eu besoin avant de le prendre comme leur président. Encore moins les députés du groupe parlementaire PRD. D’où la question qui revient sur toutes les lèvres depuis le vote consensuel du vendredi 28 août 2015 : qu’est-ce qui cloche au foot ? On n’imagine la tête du ministre Idrissou Affo à l’annonce de l’élection du président de la FBF à la présidence d’une institution aussi sensible que le Cos. Lui qui ne rate aucune occasion pour fustiger le leadership actuel dans le football national. Une détestation de la gestion de Ahouanvoébla qui a valu au championnat national une brutale suspension et la mise hors compétition de tous les clubs professionnels et de leurs joueurs depuis environ 6 mois.

Les 11 millions de Beninois ont certainement besoin d’explication sur les mobiles qui fondent le ministère des sports à réserver une préparation aussi minable aux Écureuils juste pour le plaisir de priver la fédération de ses prérogatives. Le contribuable à besoin de savoir pourquoi celui en qui des députés du propre camp de Safiou Affo placent une entière confiance sur un dossier aussi sensible que le fichier électoral n’est pas digne aux yeux du ministre de conduire les destinés du football national. Au point où, à moins d’une semaine d’un match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2017, de nombreuses incertitudes pèsent encore sur l’équipe, sa préparation, la forme des joueurs surtout les locaux privés de championnat par le ministre et son gouvernement, les objectifs du sélectionneur etc... L’heure est toujours au mystère, à la manipulation de quelques membres de la FBF passés dans le camp du ministre et aux conjectures sur le lieu même du match. Pour que le Bénin, pays paisible en soit aussi désorganisé face à son prochain adversaire, le Mali encore en proie à des irrédentistes islamiques au nord, seul Idrissou Safiou Affo en détient le secret.

Il va falloir expliquer comment quelqu’un à qui on dénie la légitimité d’organiser un match de l’équipe nationale de foot peut-il gérer le fichier électoral en prélude à une élection aussi capitale que la présidentielle. Rappelons au passage, le rôle éminemment stratégique de ce même Ahouanboebla dans la réalisation de la version actuelle de ce fichier ayant servi aux scrutins législatifs puis municipaux il y a quelques semaines seulement à travers le Cos/Lépi précédent dont il occupait la vice-présidence. A moins que la crise ne soit un objet de chantage sur un acteur politique dérangeant. Pour le public sportif béninois, il ne reste enfin de compte que cette once d’espoir exprimé par un confrère sur Océan FM la semaine dernière : "Affo passe, les sélectionneurs passent, la FBF passe, mais les Écureuils sont éternels..."

Pauvres Écureuils, pauvres supporteurs, pauvre Benin !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1503-l-honorable-presidents-et-le-foot.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?