Les quotas qui détruisent le nord...

mercredi 2 septembre 2015 par Arimi Choubadé

Il paraît que le nord devrait rattraper le sud. Une hérésie dont les origines remontent à l’époque où un certain Ousmane Batoko était ministre de la fonction publique sous Mathieu Kérékou fraîchement reconverti à la démocratie. Au fil des années, cette dérive est devenue un instrument d’endoctrinement des cadres originaires de la partie censée en retard sur l’autre. Ministres, députés, directeurs et autres cadres de cette région devraient se transformer en des régionalistes notoires commis au recrutement tous azimuts et souvent illégal de ressortissants de leurs coins respectifs. Personne n’a encore oublié cette célébration au superlatif du régionalisme à l’occasion des meetings itinérants des soi-disant cadres du nord en décembre 2010. L’appel des noms de chacun des animateurs, de leurs fonctions, régions et ethnies respectives a fait frémir. Le discours tenu devant les populations notamment à Bassila se passe de commentaire.

Le tristement célèbre trio Kora Zaki, Garba Yaya, Boniface Kiati devrait poursuivre la sale besogne à travers le concours frauduleux de recrutement à la fonction publique après les K.O électoraux de 2011. Même la Cour constitutionnelle a trouvé la tricherie immonde et indigne de la République. Mais, apparemment, cela n’est pas pour émousser les ardeurs des redresseurs de tort autoproclamés. L’épisode des concours de recrutement de magistrat vient raviver la pratique. Surtout qu’il intervient après un autre débat retentissant sur la suppression manquée du droit de grève des magistrats. Des tribuns parlementaires hors pair partisans du système des quotas se plaignaient ouvertement de la sous représentativité de leur région au sein du corps des magistrats. Il n’y aurait que 4 magistrats du nord contre des centaines pour le sud. Comment oublier ce député qui proclamait en plein hémicycle que son électorat (au nord) ne compterait aucun magistrat. Le prochain recrutement de magistrats ne pouvait donc pas échapper à cet équilibrisme à marche forcée, et ça n’a pas raté.

Si seulement, ces justiciers pouvaient savoir tout le tort qu’ils font à la région qu’ils prétendent défendre. Leurs manœuvres burlesques ont pour seule conséquence de transformer le fonctionnaire originaire de cette région en un incompétent notoire qui ne doit son recrutement qu’à un système fondé sur la magouille, la triche, la facilité et l’indignité. Dès qu’un nom d’une certaine consonance apparaît sur une liste d’admis à un concours une clameur moqueuse voit immédiatement, en dessous, une main secourable. Comme si aucun intelligent ne provient de cette région et que tous sont obligés de se faire parrainer avant de réussir une carrière dans la fonction publique. Comme si avant le système des quotas aucun homme du nord n’était capable de s’imposer par ses facultés intellectuelles.

Ce régionalisme bas de gamme a réussi à introduire dans la tête de plusieurs jeunes originaires du nord qu’il n’est plus nécessaire d’exceller avant de se caser dans la fonction publique. Certains refondateurs n’hésitent d’ailleurs pas à revendiquer avoir "placé" des dizaines voire des centaines de jeunes dans la fonction publique grâce à la méthode des quotas. L’autre conséquence est la focalisation systématique sur la fonction publique de la plupart des jeunes de la région censée être le bénéficiaire des quotas. Dans cette région, se manifestent de moins en moins des vocations pour d’autres secteurs comme le commerce, le sport, la musique, l’entrepreneuriat privé. Là-bas, tout le monde est convié à devenir fonctionnaire, de gré ou de force. Des promus, parfois malgré eux, qui, pour la plupart, ne retournent presque jamais au bercail pour contribuer à l’essor de la région dont ils se réclament être des défenseurs, préférant Calavi et Porto-Novo villes du sud comme refuges de circonstance même après la retraite. Au final, le quota a dépouillé les zones bénéficiaires de leurs fils les plus valables, a transformé plusieurs cadres en exilé à vie vis-à-vis de leurs régions d’origine tout en favorisant le développement de leurs cités d’accueil au sud.

Bénéficiaires des quotas ou victimes de régionalisme ???

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1504-les-quotas-qui-detruisent-le-nord.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?