Le football n’est pas pour les pirates...

lundi 7 septembre 2015 par Arimi Choubadé

Les Mali a pu se défaire de ses djihadistes , dissidents et autres rebelles. C’est le moment choisi par le Bénin pour mettre son foot entre les mains des "pirates". Une fédération engage l’équipe nationale dans des compétitions internationales bien que dépossédée de l’agrément ; un gouvernement fait participer l’équipe nationale tout en récusant la FBF qui a engagé la même équipe ; un sélectionneur dont le contrat ne respecte pas les normes de la Fifa ; des joueurs invités par des courriers signés par des dissidents de la fédération et arrivés à Cotonou en détail ; des supporteurs désorganisés ; une police non aguerrie pour éviter le drame ; ne parlons pas du bus des joueurs "piratés". Personne ne semble à sa place dans cette histoire. Rien que des "pirates", chacun se laissant guider par ses instincts, ses intérêts et ses humeurs. Après deux journées d’éliminatoires, le Bénin se retrouvent invaincu, certes, mais avec deux petits points, le tiers des 6 points possibles. Alors qu’il faut être premier de son groupe ou figurer parmi les meilleurs 2èmes.

Tous les commentateurs sont unanimes pour reconnaître la belle prestation des Écureuils hier. Belle technique, très bon positionnement tactique, bonne agressivité, meilleure circulation de balle. Pour une rare fois, les Écureuils ne faisaient pas que résister devant les Aigles du Mali. Ils étaient plutôt dominateurs et souverains n’eut été la petite hésitation à l’origine du but malien. La suite fut pleine d’assurance et de stabilité. Et pourtant les locaux n’ont pas le gain du match. Trois face-à-face manqués avec le portier, plusieurs tirs non cadrés et une finition catastrophique, cela s’appelle : déficit de confiance, absence de cohésion, manque de sérénité. Tout ça se passe dans la tête des joueurs grâce à une bonne préparation, par des gens qui en ont la compétence, la légalité et la légitimité.

Rien de ce qui a été prévu n’a été réalisé : pas de match amical, pas de regroupement en Europe, pas de séance d’entraînement pour la plupart. La profondeur de banc est d’une tristesse absolue parce que assumée par des joueurs locaux mis au repos depuis 6 mois par le gouvernement Yayi après la suspension des championnats nationaux. Rappelons au passage que les championnats à l’arrêt constituent une spécialité du système de la refondation. A peine si sur les 10 années de règne, 3 championnats ont été menés jusqu’à leur terme. Tout le monde connaît celui qui est le responsable de la diète en automatisme constaté chez la plupart des enfants y compris chez le patriarche Sessegnon. Ainsi en a voulu son excellence, monsieur, le ministre du football Safiou Idrissou Affo. Ce dernier ne se cachait pas pour expliquer à qui veut l’entendre que les Écureuils n’avaient pas besoin de sélectionneur, de matches amicaux ou de regroupements. Selon le ministre expert, les joueurs professionnels seraient déjà rodés et n’attendent que de monter sur un terrain pour faire des résultats. La prestation d’hier se suffit à elle-même pour tirer les conclusions.

Ce serait illogique d’accabler les garçons après leurs deux premiers nuls. L’appréciation coule de source : peuvent mieux faire. Ils auraient mieux fait si le gouvernement béninois n’a pas décidé de foutre le bordel dans la maison foot en faisant sous-traiter les prérogatives de la FBF par des "pirates". Ironie du sort, les seniors ont encore un dernier match à haut risque à livrer pour le compte des éliminatoires de la CAN 2017 puis un autre pour le mondiale 2018 sous le règne de l’impréparation, de l’improvisation, de la débrouille et de la combine. A moins qu’un remords tardif ne visitent pirates et commanditaires en vue de permettre aux enfants de rendre la plénitude de leur talent au sein d’un meilleur environnement.

Le foot béninois est l’otage des pirates...

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1505-le-football-n-est-pas-pour-les.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?