Exclure les francophones du CFA de l’Union Africaine ???

mercredi 21 septembre 2016 par Arimi Choubadé

Bien malin qui peut nous dire ce que cherchent ces 14 Etats ayant en usage le franc Cfa au sein de l’intégration africaine. Eux qui ont choisi de continuer à vivre comme des colonisés, renonçant à l’exercice de leur souveraineté en matière économique, laissant le soin à l’ancien colon de continuer à garder la haute main sur leur monnaie comme au bon vieux temps de la soumission. Voilà ces pays-là, tenus en laisse par leur maitre, discutant, avec les autres africains, de projets d’avenir commun, de sécurité et de défense communes voire d’intégration économique continentale. Les mêmes qui prétendent être arrimés à l’Union Européenne par la monnaie participent activement à la construction de l’Union Africaine. À croire que les deux entités à savoir l’Europe et l’Afrique ont les mêmes centres d’intérêt et les mêmes objectifs de développement.

De cet arrimage du Cfa à l’Euro on n’en retient que des paradoxes. Personne n’a jamais vu un dirigeant africain de la zone cfa participer à un sommet de l’Euro. Toutes les étapes de la construction européenne sont passées par des consultations populaires au cours desquelles les peuples ont eu à se déterminer sur les grands sujets. Le dernier vote des anglais devant conduire au retrait de leur pays de l’UE en est une des manifestations des exigences démocratiques de notre siècle. Les africains du Cfa, par contre, demeurent soumis à un traité d’arrimage (inconnu des peuples concernés) qui auraient été conclus autrefois par leurs ancêtres en situation d’esclave. L’Union Africaine se forge donc avec des héritiers encore fidèles à la mémoire de leurs ancêtres serviles.

Mais d’une certaine manière, les francophones souffrent cruellement de l’absence de solidarité de leurs frères de l’UA. La décolonisation et l’apartheid n’auraient jamais été vaincus sans une solidarité africaine voire internationale à toute épreuve. Mandela tout seul depuis sa cellule n’aurait pas pu faire face au pouvoir raciste d’Afrique du sud. Le Cfa n’est ni plus ni moins un instrument d’assujettissement rétrograde. Demander aux francophones eux-mêmes de s’en défaire relève de l’utopie. Pour prospérer, ce combat nécessite un engagement de tout le continent à travers une mise en quarantaine daredare des pays sous esclavage monétaire. Ainsi, le premier critère de convergence pour l’adhésion à la monnaie unique africaine devrait être l’abandon de toute autre monnaie étrangère au continent. L’UA n’a jamais eu pour vocation d’être arrimée à l’Europe, une de ses redoutables concurrentes. L’intégration africaine n’a aucune perspective de réussite tant qu’en son sein subsistent des pays en posture de taupe ou d’agents de déstabilisation au profit de l’adversaire.

Il est donc de la responsabilité des plus grands de l’Afrique de prendre l’initiative d’aller à la monnaie unique en ne prenant en compte exclusivement que les Etats déjà entièrement affranchis des tutelles coloniales. Une sorte d’exclusion pure et simple des gens du Cfa qui pourraient prendre le train en marche dès qu’ils auraient vaincu la fatalité de l’esclavage monétaire. Pas avant. L’échec de tous les projets communs africains doit en grande partie à la pernicieuse présence du tireur de ficelle installé en dehors du continent et qui manipule les trésors publics de 14 Etats. Commercer avec les pays du Cfa revient à introduire son maitre au cœur des débats à Addis-Abeba. Toute initiative commune impliquant cette zone dans sa forme actuelle est un suicide que ne devraient se permettre les africains. Ne rien faire serait tout aussi préjudiciable au développement du continent.

Mais jamais avec le cfa actuel au cœur de l’Afrique !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1565-exclure-les-francophones-du-cfa-de.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?