Encore des nostalgiques des pluies électorales ???

lundi 10 octobre 2016 par Arimi Choubadé

Du temps où on pouvait faire trembler tout un conseil municipal parce que le ciel a lâché quelques gouttes sur la cité. Phénomène très prisé lors des municipales de 2015 dont la campagne électorale s’est déroulée au mois de juin sous de pluies diluviennes. Ce qui a donné naissance à une nouvelle passion auprès de politicards à l’inspiration défaillante : la photographie de pluies. Elle consiste à filmer ou prendre des images pendant que tombaient les eaux du ciel. Le meilleur moment pour capter des eaux en ruissèlement dans les rues et aux abords des infrastructures. Il fallait ensuite étaler ces images surréalistes dans les médias et sur les réseaux sociaux pour espérer démonter n’importe quel programme municipal contre l’inondation. Il s’agit là des fameuses pluies électorales abondamment utilisées à l’époque, à Cotonou notamment, avec plus ou moins de succès. La faute forcément au maire si de l’eau tombe sur les pavés, les goudrons, dans les caniveaux ou les rigoles.

Finalement la faute devient tomber la pluie elle-même. Comme si l’équipe municipale devrait négocier pour que cela ne survienne plus jamais surtout à Cotonou. En effet, les images à succès montrent très nettement les eaux en pleine furie à la recherche de leurs exutoires naturels ou réalisés à grands frais. Peut-être qu’il est reproché au maire de ne pas penser « à couvrir tout Cotonou de gigantesques bâches destinées à éviter que les averses ne touchent le sol de la ville ». Au-delà de cette passion de la « photographie de la pluie » se développe peu à peu une sorte de voyeurisme voire de jouissance face à l’assaut de l’eau dans des maisons entières, les agglomérations ou les quartiers. Certains n’hésitent pas à accueillir la nouvelle de grandes pluies sur Cotonou avec délectation juste pour espérer voir le locataire de l’hôtel de ville en grande difficulté. Pourtant, il n’y a plus d’enjeux politiques en jeu de si tôt. Les prochaines élections, les législatives sont attendues à l’orée de 2019, dans 3 ans. Peut-être aussi pour alimenter le troisième tour de la présidentielle à l’origine de la vague de la destitution tous azimuts des maires.

Si seulement les photographes de pluie à Cotonou pourraient retourner sur les lieux de leur passion après l’accalmie, ils verraient très nettement que les eaux pouvaient considérablement se retirer au bout de quelques heures. Parfois quelques minutes après la pluie suffisent pour que des sites inondés soient totalement débarrassée des eaux. Il en ainsi de la place de l’Etoile rouge par exemple et beaucoup d’autres emplacements publics momentanément submergés pendant les averses. Malheureusement, des images de places publiques fraichement sorties d’inondation passagère n’attirent pas grand monde sur les réseaux sociaux. Néanmoins, on ne peut nier que Cotonou est bel et bien confronté à de réels défis d’assainissement liés aux inondations. Des poches d’inondation existent et nécessitent beaucoup d’attention des pouvoirs publics qu’ils soient locaux ou nationaux.

C’est sûr qu’il y a beaucoup d’efforts à fournir à l’instar des travaux qui permettent aujourd’hui de circuler paisiblement sur l’axe Vêdoko-Etoile rouge contrairement à la situation d’antan. Avotrou est en droit d’espérer mieux que les grands collecteurs qui l’ont sorti partiellement de l’eau ces dernières années. Comme Agla aussi a besoin de plus de pavé et de grands collecteurs en plus de ce qui a été fait. On constate que les agitations s’observent plus autour des zones encore en proie aux inondations. Personne ne se préoccupe des zones déjà arrachées aux eaux grâce aux actions conjuguées de la mairie et de l’Etat central appuyés par les partenaires au développement. L’enjeu devrait porter sur les coins de Cotonou qui par le passé étaient hors d’atteinte du phénomène, mais, sont sous les eaux à présent par la faute de la municipalité.

Les photos sous la pluie, c’est bon ; mais les photos après la pluie, c’est encore mieux !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1569-encore-des-nostalgiques-des-pluies.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?